•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un homme abat sa conjointe et s’enlève la vie à Montréal

Des policiers et des ambulanciers transportent une femme sur une civière.

La femme dans la quarantaine a succombé à ses blessures, mercredi après-midi à Montréal.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Wagner

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une femme de 48 ans a été abattue par son conjoint, mercredi, à Montréal.

Après avoir reçu un appel vers 10 h 45, les ambulanciers et la police étaient intervenus dans une résidence de la rue Sherbrooke Ouest, située entre les rues Atwater et Chomedey.

Un homme venait de faire feu sur sa conjointe dans un immeuble à logements, avant de s’enlever la vie.

Sur place, les agents avaient retrouvé la femme, qui portait des traces de blessures au haut du corps. Elle avait par la suite été transportée dans un état critique à l'hôpital, puis a succombé à ses blessures en après-midi.

Le décès de l'homme d'une soixantaine d'années, qui était en possession de l'arme à feu, avait quant à lui été constaté sur les lieux, a indiqué le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Une enquête est en cours pour comprendre le fil des événements.

Un poste de commandement, de même qu'un important périmètre de sécurité, a été établi autour de la résidence, forçant la fermeture d'une partie de la rue Sherbrooke Ouest, entre la rue du Fort et l'avenue Atwater.

Il s’agit du 24e homicide à survenir sur le territoire de Montréal cette année.

Si vous, ou un de vos proches, êtes en détresse, téléphonez au 1 866 APPELLE (277-3553).

La violence conjugale ne prend pas de vacances à Noël, souligne Chantal Arseneault, présidente du Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale. Les maisons d'hébergement sont remplies à Noël et au jour de l'An, ajoute-t-elle.

Mme Arseneault croit que le filet social n’est pas assez robuste. Il n’y a pas suffisamment d’information, pas suffisamment de concertation entre les partenaires pour sauver la vie des femmes et des enfants qui sont victimes de violence conjugale, selon elle.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.