•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coupure d'Internet en Iran à la veille de commémorations

Un cellulaire privé d'Internet.

L'Iran a recours aux coupures d'Internet pour limiter les communications et la transmission d'information vers l'étranger. Téhéran avait fait de même lors des manifestation de novembre.

Photo : AFP / Atta Kenare

Agence France-Presse

L'accès à Internet a été coupé mercredi dans plusieurs provinces iraniennes, a rapporté l'agence de presse Ilna, à la veille de commémorations lancées sur les réseaux sociaux en hommage aux personnes tuées lors des manifestations de mi-novembre déclenchées par une hausse du prix de l'essence.

La restriction de l'accès à Internet a été ordonnée par de hauts responsables sécuritaires, selon Ilna, qui a attribué son information à une source au sein du ministère iranien de l'Information et des Télécommunications.

Cette restriction sur l'accès à Internet ne concerne que le trafic international sur les téléphones mobiles, a précisé cette source à Ilna.

Les sites web nationaux resteront accessibles pendant la coupure, selon la même source.

Une manifestation sur une autoroute après que la police a lancé des gaz lacrymogènes.

Le 16 novembre, des habitants de Téhéran ont protesté contre la hausse du prix de l'essence en bloquant des routes avec leurs véhicules.

Photo : Reuters / Wana News Agency

D'après Ilna, la connexion Internet sera restreinte notamment dans les provinces d'Alborz (nord), de Kordestan (ouest), de Fars et de Zanjan (nord), et la restriction devrait s'étendre à d'autres provinces.

L'agence est plus tard revenue sur ses informations, démentant que la coupure a été décidée par de hauts responsables et le nom des provinces visées.

Des correspondants de l'AFP à Téhéran ont rapporté des perturbations du réseau Internet mercredi. NetBlocks, qui surveille la liberté d'accès à Internet, a également évoqué les restrictions.

Preuves d'interruption de l'Internet mobile dans certaines parties de l'Iran depuis 6 h 30 [heure locale], a écrit l'ONG sur son compte Twitter.

Ces coupures interviennent à la veille de commémorations prévues pour les victimes de violences survenues lors des manifestations de novembre contre la hausse du prix de l'essence.

Pendant la contestation, un blocage d'Internet avait été imposé par les autorités, tandis que les stations-service, commissariats, centres commerciaux, mosquées et bâtiments publics étaient incendiés ou attaqués, selon les médias locaux.

Les autorités doivent toujours publier un bilan des victimes, n'ayant jusqu'ici confirmé la mort que de cinq personnes — quatre membres des forces de l'ordre tués par des émeutiers et un civil.

De son côté, Amnistie internationale a fait part de plus de 300 morts lors de la répression des manifestations, évoquant une horrible tuerie.

Parmi elles, Pouya Bakhtiari, 27 ans, aurait été tué à Karaj, la capitale de la province d'Alborz.

Mardi, les membres de sa famille ont été arrêtés, car ils menaient un projet contre-révolutionnaire, selon l'agence de presse Mehr, proche des conservateurs modérés en Iran.

Le compte Instagram de Bakhtiari, qui serait désormais géré par son père, a annoncé qu'une cérémonie marquant le quarantième jour de sa mort aurait lieu au cimetière de la ville jeudi.

Mercredi, il était encore actif avec plus de 19 000 abonnés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Internet

International