•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Suivre le père Noël pendant sa distribution de cadeaux

Vers 20 h, le père Noël survolait la Guyane française, selon le NORAD.

Vers 20 h, le père Noël survolait la Guyane française, selon le NORAD.

Photo : Capture d'écran du noradsanta.org

Radio-Canada

Le père Noël s'est envolé à bord de son traîneau vers 5 h, mardi matin, pour aller porter des cadeaux aux enfants du monde entier. Vers 20 h, il avait déjà fait 4,5 milliards d’heureux, selon le décompte du NORAD.

Depuis plus de 60 ans, petits et grands peuvent suivre la trajectoire du célèbre barbu grâce au commandement de la Défense aérospatiale de l'Amérique du Nord (NORAD). Cette traque est rendue possible par des « capteurs infrarouges dans le nez de Rudolphe », le plus expérimenté des neuf rennes tirant le traîneau.

Les informations récoltées permettent de visualiser, en direct et en 3D, le trajet au noradsanta.org (Nouvelle fenêtre), consulté par plus de 20 millions de personnes chaque Noël.

Mardi, le père Noël a commencé sa tournée en Asie et en Océanie. Il a notamment visité la Nouvelle-Zélande, puis la Chine, l’Inde, la Russie, l’Afghanistan et de nombreux pays d’Afrique.

Plus rapide encore que les F-15 de l'US Air Force, il se dirige tranquillement vers nous. Il devrait arriver au Québec pendant la nuit, mais il est difficile de savoir l'heure exacte.

La quantité astronomique de biscuits que le père Noël pourrait manger pendant sa tournée peut avoir une incidence sur le poids du traîneau et donc sur la charge que les rennes doivent tirer.

Plus il mangera de biscuits, plus le risque de retard dans la distribution de cadeaux est élevé.

La distribution de cadeaux est une opération périlleuse et doit s'effectuer à un rythme effréné, mais le père Noël a l'habitude d'y parvenir avec succès.

Autorisation canadienne

Une scène de la vidéo de fin d'année du ministre des Transports, Marc Garneau

Une scène de la vidéo de fin d'année du ministre des Transports, Marc Garneau

Photo : capture d'écran YouTube/TransportsCanada

Quelques heures avant son départ, le ministre des Transports du Canada avait donné au père Noël l'autorisation de décoller.

Même si Marc Garneau sait que le père Noël a encore toutes ses facultés et que, de toute façon, les nouvelles technologies lui permettent de conduire son traîneau en mode autonome, le ministre a tenu à lui lancer un avertissement.

Je sais que votre dossier de conduite est impeccable et que vous ne consulteriez jamais la liste des cadeaux pendant que le petit renne au nez rouge mène votre traîneau, mais je voulais vous rappeler de faire attention, soyez toujours à l'afflux des piétons et des cyclistes et assurez-vous que votre cellulaire est en mode avion, ou plutôt, je veux dire, en mode rennes, a indiqué le ministre dans une conversation avec le père Noël, diffusée sur les médias sociaux.

Conduisez prudemment et que cette nuit soit magique pour vous! a ajouté Marc Garneau.

Aide spatiale

Pour la première fois depuis que le NORAD traque le père Noël, l’armée américaine a reçu cette année une aide de haut vol pour s'assurer que la distribution de cadeaux se déroule sans encombre : celle des astronautes de la Station spatiale internationale (SSI).

Nous avons obtenu une confirmation visuelle que le père Noël est actuellement en train de voyager au-dessus de l'Inde, a annoncé à midi l'astronaute américain Andrew Morgan dans une vidéo tournée en apesanteur dans la SSI.

La station étant située à 400 kilomètres au-dessus de la Terre, elle confère aux astronautes un point d'observation idéal afin de suivre le père Noël dans son voyage autour du monde, a expliqué le NORAD, en remerciant le colonel Morgan et son équipe pour cette collaboration inédite.

Une vieille tradition

À Colorado Springs, le 24 décembre 2014, comme chaque année, le NORAD et ses bénévoles répondent au téléphone pour informer les gens du parcours du père Noël.

À Colorado Springs, le 24 décembre 2014, comme chaque année, le NORAD et ses bénévoles répondent au téléphone pour informer les gens du parcours du père Noël.

Photo : fournie par le NORAD par l'entremise de Reuters

Cette tradition du NORAD a commencé en 1955, grâce à une méprise dans un journal local du Colorado. Une publicité des magasins Sears invitait à passer un coup de fil au père Noël, mais le numéro communiqué renvoyait par erreur vers le téléphone rouge du commandement.

D'abord désarçonné lorsqu'il se retrouva en ligne avec un jeune garçon lui demandant s'il était bien Santa Claus, l'officier de service ce jour-là, le colonel Harry Shoup, se prit au jeu. Il donna instruction à ses hommes de donner des informations sur la localisation du père Noël.

De nombreux bénévoles prêtent aujourd'hui main-forte aux militaires pour répondre aux appels téléphoniques et aux courriels des enfants.

Le président américain et la première dame se joignent traditionnellement à l'effort en prenant quelques appels. Depuis la Floride, où il se trouve en vacances, Donald Trump n'a pas indiqué mardi matin s'il perpétuerait la tradition cette année et a souhaité un joyeux Noël aux Américains.

Avec les informations de La Presse canadienne, et Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Fêtes et réceptions

Société