•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La 5G pourrait perturber les prévisions météorologiques

Une carte météorologique

Certaines fréquences que transmettent les antennes de téléphonie cellulaire connectées à la 5G sont très proches de celles utilisées par les satellites dont se servent les météorologues, ce qui pourrait créer d’importantes interférences.

Photo : getty images/istockphoto / Petrovich9

Radio-Canada

Si la 5G promet de nous offrir une vitesse de transmission de données 10 fois supérieure à la 4G et de propulser l’Internet des objets, cette nouvelle génération de réseaux de communications mobiles pourrait aussi créer des interférences avec les satellites de prévision météorologique.

Plusieurs membres du milieu météorologique, dont l'Organisation météorologique mondiale, mettent en garde contre ce risque depuis plusieurs mois. En mai, le directeur de l’Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA), Neil Jacobs, soutenait même que cela pourrait nuire au degré de précision des prévisions météorologiques, qui pourrait revenir à celui des années 1980.

Ainsi, certaines fréquences que transmettent les antennes de téléphonie cellulaire connectées à la 5G sont très proches de celles utilisées par les satellites dont se servent les météorologues, ce qui pourrait créer d’importantes interférences.

Les près de 800 satellites d’observation du climat qui orbitent autour de la Terre utilisent une bande de fréquences se situant de 23,6 à 24 GHz, tandis que le réseau 5G se sert d’une bande de fréquences allant de 24 à 27,5 GHz.

Nous sommes très préoccupés par l’interférence avec les prévisions et les avertissements météorologiques, a dit le directeur des prévisions météorologiques d’AccuWeather, Dan DePodwin, au site web d'information BuzzFeed News. La 5G pourrait perturber des avertissements de chute de neige sévère, de tempête, d’ouragan, de tornade et plus.

Un non-sens, selon les services télécoms

La Global System for Mobile Association (GSMA), qui représente près de 800 prestataires de services de télécommunications et entreprises de téléphonie mobile partout dans le monde, a déclaré à la chaîne de télévision française LCI : Personne ne va interférer avec les satellites météorologiques. Les services météo existants seront sauvegardés sans entraver le déploiement de la 5G, en adoptant des approches raisonnables d'atténuation des interférences.

N’empêche que Renée Leduc, une ancienne cadre de la NOAA, a dit à BuzzFeed News que ces mesures d’atténuation seraient insuffisantes.

La 5G devrait commencer à être déployée au Canada au courant de l’année 2020.

Avec les informations de Buzzfeed News, LCI, Courrier international, et BBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !