•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Connaissez-vous la fête afro-américaine Kwanzaa?

Le 26 décembre marque le début de Kwanzaa, une fête célébrée depuis plus de cinquante ans par de nombreux Afro-Américains.

Une célébration de Kwanzaa.

Une célébration de Kwanzaa, en Caroline du Nord.

Photo : Associated Press / Zach Frailey

« Nous célébrons notre culture, notre passé, notre présent et notre avenir », explique Barbara Burton, qui s’apprête à participer à un concert de Kwanzaa dans l’est de Washington.

Sur scène, Barbara et plusieurs autres participants, vêtus de costumes traditionnels, dansent au rythme de tambours africains. Tout au long du spectacle, les danseurs, sous les applaudissements nourris de la foule, rendront hommage à l’héritage et à la culture de leurs ancêtres, arrivés aux États-Unis en tant qu’esclaves il y a quelques centaines d’années. 

Kwanzaa, une fête non religieuse, est célébrée du 26 décembre au 1er janvier. Pendant ces sept jours, les participants sont appelés à se rencontrer, en famille ou entre amis, et à mettre l’accent chaque jour sur l'un des sept principes de la fête. 

Un concert de Kwanzaa, à Washington.

Un concert de Kwanzaa, à Washington.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

Les 7 principes de Kwanzaa:

  • Unité
  • Autodétermination
  • Travail collectif et responsabilité
  • Coopération économique
  • But
  • Créativité
  • Foi

Selon Barbara Burton, cette fête n’a pas pour but d’entrer en compétition avec Noël, qui est également célébrée par un grand nombre d’Afro-Américains.

Elle ajoute qu’à son avis, Kwanzaa n’a pas été influencée par des intentions commerciales. Ainsi, les cadeaux offerts au cours de la semaine doivent avoir des vocations éducatives ou artistiques.

Fondée il y a un peu plus de cinquante ans, Kwanzaa est désormais une fête officiellement reconnue aux États-Unis. Chaque année, le président souligne le début des festivités et, depuis 1997, plusieurs timbres officiels dédiés à la fête ont aussi été créés par la poste américaine.

L'inauguration, en 2018, d'un timbre destiné à la célébration de Kwanzaa.

L'inauguration, en 2018, d'un timbre destiné à la célébration de Kwanzaa.

Photo : United States Postal Services

Une fête toujours célébrée, malgré le contexte qui a changé

Kwanzaa est un acte audacieux d’autodétermination, selon l’universitaire afro-américain Maulana Karenga, qui a créé la fête il y a plus de cinquante ans. La première célébration de Kwanzaa a eu lieu en 1966, au cours d’une décennie déterminante dans la lutte pour les droits civiques.

Bien que le contexte politique ait changé au cours des cinquante dernières années, la professeure d’études afro-américaines à l’Université Temple, Ama Mazama, juge la fête toujours pertinente. 

L'intégration n'est pas une chose entièrement achevée, dit-elle, soulignant des discriminations économiques et sociales qui persistent contre les Afro-américains. Par exemple, en 2016 aux États-Unis, une famille noire possédait généralement dix fois moins de richesses qu’une famille blanche.

Même si nous ne sommes pas dans la revendication nationaliste noire des années 1960 ou 1970, il y a toujours ce désir d'être soi-même et de trouver des symboles autour desquels articuler cette identité.

Ama Mazama, professeure d’études africaines à l’Université Temple

L’universitaire Ama Mazama souligne, par ailleurs, qu’aujourd’hui la fête est célébrée ailleurs dans le monde, notamment en Afrique du Sud, dans les Caraïbes et au Canada.

Aux États-Unis, l’immigration en provenance d’Afrique subsaharienne, qui a augmenté de 50 % entre 2010 et 2018, contribue également à garder la fête bien vivante. 

Idrissa Diakhaté, immigrant d'origine sénégalaise, participe à plusieurs fêtes de Kwanzaa cette année.

Idrissa Diakhaté, immigrant d'origine sénégalaise, participe à plusieurs fêtes de Kwanzaa cette année.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

Idrissa Diakhaté, immigrant sénégalais rencontré lors de célébrations dans l’est de Washington, voit dans cette fête un pont entre son pays d’origine et sa terre d’accueil.

C'est une symbiose qui me touche vraiment. C'est pourquoi je participe à beaucoup de fêtes de Kwanzaa, dit-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Fêtes et réceptions

Société