•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une trousse d'urgence sous le sapin?

Trousse d'urgence comprenant masques, lampe de poche, couverture d'urgence, canif.

La Ville de Vancouver incite les résidents à se préparer avec une trousse d'urgence.

Photo : Radio-Canada / Jan Lakes

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La période des fêtes peut être un moment idéal pour parler prévention et préparation aux situations d'urgence avec ses proches, croit la responsable de la planification d'urgence à la Ville de Vacouver. Et pour lancer les discussions, pourquoi ne pas offrir une trousse d'urgence à un être cher à Noël?

« Ça fait un merveilleux cadeau de Noël », avance Jackie Kloosterboer, planificatrice des mesures d’urgence de la Ville de Vancouver.

« Mettez cela sous le sapin. Vous serez rassurés et [vos proches] auront le matériel et les provisions nécessaires en cas de besoin », dit Mme Kloosterboer.

Selon Jackie Kloosterboer, chaque foyer devrait posséder une trousse d’urgence permettant de subvenir à ses besoins pendant au moins 72 heures lors d'une panne, après un incendie, un tremblement de terre ou toute autre situation d’urgence.

« Je pense que beaucoup de gens ont l’intention de se préparer, mais leurs vies étant tellement remplies, ils n’y arrivent pas toujours », dit-elle.

Elle souligne que selon l'avis de scientifiques, au cours des 50 prochaines années, la probabilité qu’un tremblement de terre de magnitude 7 se produise près de Victoria et de Vancouver est d’un sur cinq. Un séisme de cette ampleur pourrait endommager les ponts, les routes et les systèmes de télécommunications.

Deux trousses

Mme Kloosterboer souhaite que les habitants réfléchissent à ce dont ils auraient besoin pour survivre seuls pendant au moins trois jours après une catastrophe.

Elle recommande de confectionner deux trousses, l’une qui peut être emportée facilement en sortant de chez soi, et une autre permettant de demeurer à la maison en l’absence d’électricité, de téléphone cellulaire ou même d’eau courante.

Les familles devraient également préparer des plans détaillés pour se retrouver si elles sont séparées en cas de catastrophe, rappelle-t-elle.

Avec les rassemblements du temps des fêtes, le moment est bien choisi pour en discuter, dit-elle.

Tout au long de l’année, la Ville de Vancouver offre dans les centres communautaires des cours gratuits d’une heure sur la préparation aux tremblements de terre. Les groupes de 15 personnes ou plus peuvent faire une demande de cours.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !