•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

33 « terroristes » tués au Mali, annonce le président français

Un hélicoptère militaire NH90 Caiman près d'une base d'opération avancée temporaire (BOT) pendant l'opération Barkhane à Ndaki, au Mali, le 29 juillet 2019.

L’opération Barkhane mobilise quelque 4500 soldats français contre les groupes djihadistes toujours présents dans la région.

Photo : Reuters / Benoit Tessier

Radio-Canada

L'armée française a tué 33 « terroristes » au centre du Mali, a annoncé samedi le président français, Emmanuel Macron.

L’opération, qui a eu lieu dans la région de Mopti, a permis de libérer deux gendarmes maliens, qui étaient otages des djihadistes.

Les soldats déployés depuis 2014 au Mali dans le cadre de l’opération Barkhane ont également fait un prisonnier, a précisé le président Macron depuis la Côte d'Ivoire à l'occasion d'une conférence devant la communauté française d'Abidjan.

Le président français Emmanuel Macron à Koumassi, Abidjan, Côte d'Ivoire le 21 décembre 2019

Les soldats français ont libéré deux gendarmes maliens, otages des djihadistes, a précisé le président Macron.

Photo : Reuters / Luc Gnago

Ce succès considérable, c'est l'engagement de nos forces, c'est le soutien que nous apportons au Mali, à la région et à notre propre sécurité.

Le président français Emmanuel Macron

Nous avons eu des pertes, nous avons aussi des victoires ce matin grâce à l'engagement de nos soldats et de l'opération Barkhane, a déclaré M. Macron moins d'un mois après la mort de 13 soldats français dans une collision entre deux hélicoptères pendant une opération de combat dans le Liptako, au Burkina Faso.

L'État-major des Armées (EMA) a indiqué qu'il s'agissait d'une opération qui visait un regroupement de combattants de la Katiba Macina, groupe lié à Al-Qaïda dans une zone très boisée près de la frontière avec la Mauritanie.

L'opération, guidée par un drone, a nécessité des dizaines de commandos héliportés appuyés par des hélicoptères Tigre, a précisé l’EMA.

La crise malienne

L’opération Barkhane mobilise quelque 4500 soldats français contre les groupes djihadistes toujours présents dans la région.

Les troupes françaises doivent être remplacées à terme par la force du G5 Sahel composée de 5000 hommes des armées locales.

Depuis 2012, et malgré la présence française, les violences djihadistes ont gagné le centre du pays, le Burkina Faso et le Niger.

Avec les informations de Reuters, et Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Terrorisme

International