•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestations contre la loi indienne sur la citoyenneté à Toronto

Des Indiens crient des slogans lors d'une manifestation, la nuit.

Des Indiens crient des slogans lors d'une manifestation contre la loi sur la citoyenneté en Inde le vendredi 20 décembre 2019 (Archives).

Photo : Associated Press / Bikas Das

Radio-Canada

Alors que des centaines de personnes se sont rassemblées à Toronto vendredi pour protester contre une loi controversée sur la citoyenneté en Inde, certains membres de la communauté indienne de la métropole affirment qu'une montée des divisions politiques crée des tensions ici au Canada.

Des centaines de personnes se sont rassemblées au centre-ville de Toronto vendredi après-midi pour protester contre une loi sur la citoyenneté en Inde qui, selon eux, est antimusulmane.

La loi adoptée la semaine dernière prévoit que les hindous et les chrétiens installés en Inde avant 2015 pour fuir des persécutions religieuses au Bangladesh, au Pakistan ou en Afghanistan pourront obtenir la citoyenneté.

Mais les musulmans de ces mêmes pays ne sont pas autorisés à faire de même.

L’affaire a provoqué une levée de boucliers. Les manifestants disent que la loi est un exemple des multiples mesures antimusulmanes du gouvernement du premier ministre Narendra Modi, y compris son verrouillage actuel sur le Cachemire, une province à majorité musulmane.

Hommes et femmes manifestent en criant des slogans à Delhi.

Des étudiants manifestent lundi à Delhi, en opposition à la loi sur la citoyenneté et en solidarité avec leurs collègues tabassés la veille à l'université Jamia Millia Islamia (Archives).

Photo : Reuters / Francis Mascarenhas

Divyani Motla, une étudiante indienne à l'Université de Toronto, dit que les Indiens musulmans qu'elle connaît ont fait face à un discours politique agressif, même au Canada. Elle estime qu'il est important pour elle de participer en tant que membre de la majorité hindoue de l'Inde.

Divyani Motla déplore entendre des discours haineux au Canada parmi les communautés indiennes, et dit que les Indiens musulmans qu'elle connaît en ont fait les frais.

Il y a une droite hindoue agressive qui s'est développée en Occident, constate-t-elle.

La loi sur la citoyenneté est un sujet assez controversé dont il faut parler.

Divyani Motla, étudiante indienne à l'Université de Toronto

Divyani Motla dit que ses parents lui ont dit qu'elle est plus en sécurité au Canada en ce moment, même si elle est membre de la majorité hindoue de l'Inde.

C'est bouleversant et déchirant quand votre famille vous dit de ne pas revenir, car ce n'est pas le pays dans lequel vous vous trouviez auparavant, a-t-elle déclaré.

Nasser Khan, qui est né et a grandi en Inde, mais s'identifie comme Canadien, a déclaré qu'il est devenu plus hésitant à retourner dans le pays, car il dit que les politiques antimusulmanes continuent de se déployer.

Ça m'inquiète, car ce pays est différent de chez nous, mais les gens transportent leurs idées avec eux.

Nasser Khan

Lorsque vous visitez, vous ne vous sentez pas en sécurité, vous ne vous sentez pas à l'aise comme vous le faisiez il y a quelques années, a déclaré Nasser Khan, qui vit dans la région du Grand Toronto.

Vous n'êtes pas en mesure d'exprimer ce que vous voulez, si vous interrogez le gouvernement, vous êtes immédiatement étiqueté antinationaliste.

Selon lui, de la division se propage dans toute la communauté indienne au Canada, en particulier via les médias sociaux.

Il y a beaucoup de messages haineux que je vois de personnes vivant au Canada et originaires de l'Inde, rapporte Nasser Khan.

Avec les informations de Associated Press, CBC, et La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Politique internationale