•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les paléontologues du futur déterreront surtout des humains et des animaux domestiques

Dans 100 000 ans, les paléontologues déterreront d’énormes quantités de squelettes complets d'hominidés, tous alignés en rangées. Et des vaches, des chiens et des chats.

De nombreux piétons marchent dans la ville.

L'Humanité a grandement marqué la planète.

Photo : iStock

Les registres fossiles de l'ère géologique actuelle, l'anthropocène, seront uniques dans l'histoire de la Terre et seront dominés par les humains, les vaches, les chiens, les chats et d'autres mammifères domestiques, affirment des paléontologues américains.

Repères

  • L’anthropocène suit l’ère holocène;
  • L'anthropocène a commencé il y a 11 700 ans, à la fin de l'ère glaciaire;
  • L'ère glaciaire s'est terminée au moment où l’empreinte de l’action humaine est devenue indélébile, au milieu du 20e siècle.

L'empreinte humaine

Le Pr Roy Plotnick, de l'Université de l'Illinois à Chicago, et la Dre Karen Koy, de l'Université Western State du Missouri, expliquent que la présence de milliards d’humains sur la planète durant cette ère aura des répercussions si grandes sur le monde naturel que son impact sera égal à celui des processus naturels en cours depuis le début de l’évolution de la planète, et probablement plus important.

Les fossiles des mammifères retrouvés dans le futur fourniront une indication très précise de l’arrivée de l'anthropocène. Le nombre de restes humains et de leurs animaux dépassera largement celui des animaux sauvages.

Roy Plotnick

Par exemple, dans le seul État du Michigan, les humains et leurs animaux représentent environ 96 % de la masse totale des animaux. Il y a autant de poulets que d'habitants dans cet État, et il devrait en être de même dans de nombreux endroits aux États-Unis et dans le monde, explique Roy Plotnick.

La probabilité qu'un animal sauvage se retrouve dans les registres de fossiles de l'anthropocène devient de plus en plus faible, note également le scientifique.

Les humains enterrent la plupart de leurs morts dans des cimetières, et ce, depuis des siècles, mais leurs activités ont aussi considérablement altéré la façon dont les animaux sont enterrés et l'endroit où ils le sont.

Un troupeau de boeuf dans un champ.

L'élevage contribue à l'empreinte humaine sur le Terre.

Photo : Radio-Canada / Radio-Canada/Émilie Tremblay

En outre, « la chasse et la boucherie produisent des fragments et des assemblages d'os distinctifs », notent les auteurs, dont les travaux seront publiés dans le journal Anthropocene (Nouvelle fenêtre) (résumé en anglais) en mars 2020.

L'utilisation de gros équipements agricoles et l'augmentation de la densité des animaux domestiques due à l'élevage intensif modifient le type de dommages aux os observés

À l’heure actuelle, les fossiles de mammifères sont mis à jour dans les grottes, les anciens lits de lacs et de rivières, et ne sont généralement que des dents et des os isolés.

Roy Plotnick

Or, actuellement, de nombreux cadavres complets d’animaux qui meurent dans les fermes ou à cause de maladies finissent souvent dans des tranchées ou des décharges, loin de l'eau.

Résultat : dans 100 000 ans, le registre des fossiles de mammifères terrestres du monde actuel sera unique dans l'histoire de la Terre et sans équivoque pour les paléontologues du futur lointain. Ils appartiendront en fait à l'anthropocène.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !