•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Je relève le défi zéro déchet

Une femme à côté d'une poubelle.

L'année 2020 sera pour moi une année sans déchets... ou presque.

Photo : Radio-Canada

Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L’année 2019 tire à sa fin et, comme tout le monde, je me fixe une nouvelle résolution : réduire mon empreinte écologique en devenant zéro déchet. Mais zéro déchet ne vient pas sans mille et un défis. J’ai donc profité du mois de décembre pour expérimenter le concept.


Semaine 1 : Deux défis

Préparer son lunch plus régulièrement

On n'y pense pas souvent, mais le simple fait d'apporter un lunch au bureau permet de réduire notre production de déchets (et par la même occasion de donner une pause à notre portefeuille). Voici ma première résolution.

La semaine commence avec un petit échec : le lundi après-midi, quand je suis passée prendre un café après un tournage avec mon cameraman, j'ai réalisé l’ampleur des dégâts dès la commande faite : une tasse en carton, un couvercle en plastique, le sachet de sucre jeté.

Jeudi, la semaine tire à sa fin. J’oublie mon lunch sur le comptoir de la cuisine.

Midi sonne et, le coeur lourd, je vais acheter sandwich et café au petit resto du coin – et je me permets un petit dessert.

À ma grande surprise, la caissière apporte le tout dans un grand sac brun, chaque article emballé dans un papier ciré, sans oublier le petit contenant en plastique pour la confiture, les ustensiles et ma tasse de café.

Note à moi-même : faire mon lunch et ne pas l’oublier à la maison.

Réduire ma production de déchet organique

Ma poubelle est principalement composée de pelures de banane et d’oranges, de tiges de chou frisé, des coquilles d’oeufs.

À Winnipeg, le compostage prend encore beaucoup de temps à s'installer, et puisque j’habite dans un immeuble, c’est encore plus compliqué de recevoir le service. Ne parlons même pas de l’hiver.

Mon collègue Radja Mahamba me parle du vermicompostage. Des vers de terre rouges se nourrissent des restes de nourriture, des fruit gâtés parce que je ne les ai pas mangés.

Ces vers sont dans un bac rempli de terre. Radja m’a promis qu’ils ne sortent pas de leur cachette.

Et l’odeur? Il n'y en aura pas, me dit Radja.

Et vous savez quoi? Malgré mon plus grand dégoût (j’insiste sur le grand), j’ai décidé d’en adopter et comme par magie, le contenu de ma poubelle diminue, et les vers se multiplient (très rapidement).

Je peux le confirmer : les vers ne sortent pas du bac et aucune odeur ne s’en dégage.


Semaine 2 : Rencontre avec une experte

Ainza Bellefeuille a fait le virage zéro déchet il y a environ deux ans. Elle avoue ne pas l’être à 100 %, mais elle s’y connaît.

Une femme assise à une table.

Ainza Bellefeuille a bien voulu me donner quelques trucs et astuces pour relever le défi zéro déchet.

Photo : Radio-Canada

La première chose qu’elle m’apprend, ce sont les cinq règles du zéro déchet.

Les cinq règles des zéro déchet : refuser, réduire, réutiliser, recycler et composter.

Les cinq règles des zéro déchet

Photo : Radio-Canada

Refuser 

Tout ce qui est sac en plastique, tickets de caisse, échantillons et toute autre chose qui ne sont d’aucune nécessité.

J’ai souvent été celle qui se fait avoir par les vendeurs qui veulent vendre leur produit dans les centres commerciaux ou celle qui va commander un produit parce qu'elle a vu la publicité apparaître sur son écran de téléphone.

J'essaie de me corriger. Depuis quelques semaines, je me pose les questions : est-ce que j’ai vraiment besoin d’une nouvelle crème démêlante pour les cheveux?

Réduire

J’ai 3000 produits pour mes cheveux dans ma salle de bain, mais est-ce que je les utilise tous?

Honteusement, ma garde-robe déborde. Je me donne comme défi de ne plus acheter de vêtements tant et aussi longtemps que je n'aurai pas fait le ménage de ma garde-robe.

Réutiliser 

Cette règle est plus facile. Je viens d’une famille antillaise, et dans notre maison, on réutilise TOUT, du pot de yaourt au bocal de biscuit qui sera utilisé plus tard pour ranger le matériel de couture. Dans mon cas, j'utilise différents bocaux pour mettre mon smoothie ou ma soupe et j’utiliserai le pot de yaourt vide pour mettre le riz et les pois chiches.

Recycler 

Une liste de choses qui se recyclent et qui ne se recyclent pas sur notre frigidaire.

Sur le frigo, une liste de choses qui se recyclent et qui ne se recyclent pas.

Photo : Radio-Canada

Le recyclage semble facile, mais, dans la réalité, c’est un peu plus difficile que l’on pense. Il faut prendre la peine de trier, savoir ce qui se recycle et faire attention de ne pas mettre du matériel non recyclable dans le bac. La recherche, c’est la clé.

Composter 

Avec mon vermicompostage, j’y arrive (avec beaucoup de dégoût, mais j’y arrive). Et pendant l’été, j’aurai de la terre fraîche pour commencer un beau jardin dans mon balcon. Qui sait?


Semaines 3 et 4

Maintenant, c’est le moment de vraiment mettre en pratique les bonnes habitudes. Par exemple, je n’utilise plus de tampons démaquillants, mais un linge réutilisable, à la fois doux pour la peau et pour l’environnement. Quand je fais l'épicerie, je m’assure d'avoir mes sacs réutilisables. Pour finir 2019 en beauté, j'ai fait don de plusieurs de mes vêtements et d'objets inutilisés.

Une femme qui tient une serviette.

J'utilise dorénavant une serviette démaquillante dans mon quotidien.

Photo : Radio-Canada

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !