•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un premier plan de gestion pour l’omble de fontaine

Chargement de l’image

Une truite mouchetée

Photo : Associated Press / Eric Engbretson/U.S. Fish and Wildlife Service

Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs a adopté son premier plan de gestion provincial de l’omble de fontaine. Il s'appliquera à la période allant de 2020 à 2028.

Il y a donc une série de mesures selon les régions pour protéger les truites mouchetées et augmenter leur nombre.

Cette espèce est la plus pêchée au Québec, avec un total d'environ 16 millions de captures chaque année, selon le Ministère, ce qui représente 30 % de l'effort de pêche dans la province.

Malgré cela, Stéphanie Gagné, biologiste pour le ministère de la Faune, souligne que la qualité de la pêche a décliné dans les dernières années.

La moitié de la population est dans un état de surexploitation. Lorsque la surexploitation est maintenue à long terme, c’est là qu’on vient affecter nos populations et la qualité de la pêche. On vient aussi affecter notre potentiel de reproduction au niveau de nos femelles matures et c’est là que ça peut-être plus difficile de rétablir l’état des populations.

« On parle de 50 % de surexploitation. Ça ne veut pas dire 50 % de population en très mauvais état, mais il importe d’agir pour arrêter le déclin, pour retrouver une qualité de pêche adéquate pour nos pêcheurs. »

— Une citation de  Stéphanie Gagné, biologiste, ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs
Chargement de l’image

Le plan de gestion modifie le nombre de captures maximum par pêcheur.

Photo : Radio-Canada / Marie-Ève Trudel

Le ministère de la Faune prévoit différentes modalités de pêche et actions selon les zones, souligne la biologiste. C’est vraiment un plan de gestion qui couvre beaucoup d’aspects et pas uniquement la pêche sportive.

Le changement le plus perceptible est la modification du nombre captures maximum. Par exemple, en Gaspésie, le nombre passera de 15 à 10 par an. D'ailleurs, la Fédération québécoise des chasseurs pêcheurs Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine a voté pour cette diminution il y a quelques mois.

Exemples d’actions prévues par le Ministère

  • Sensibiliser la clientèle aux saines pratiques de remise à l’eau
  • Améliorer la protection des habitats en milieu forestier et privé
  • Développer des outils pour mieux évaluer les conditions du milieu
  • Sensibiliser les pêcheurs à l’importance des déclarations de pêche dans les territoires fauniques structurés
  • Protéger les populations à haut rendement de pêche
  • Poursuivre l’élaboration et la mise en œuvre des plans d’ensemencement pour les zecs et réserves fauniques

Cette semaine, le Ministère a aussi présenté des plans de gestion du cerf de Virginie, de l'ours noir, du dindon sauvage et du touladi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !