•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Naveco veut séduire les opposants aux éoliennes à Anse-Bleue

Amit Virmani, de Naveco Power, et Daniel Brassard, montrent une étude sur les éoliennes dans la région.

Amit Virmani, de Naveco Power, et Daniel Brassard, montrent une étude sur les éoliennes dans la région.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Le projet controversé de construire un parc éolien dans la région d'Anse-Bleue prend la forme d'une bataille pour obtenir la faveur de l'opinion publique.

Tandis que les opposants se manifestent, notamment sur les réseaux sociaux, l'entreprise Naveco Power termine une opération tous azimuts d'une semaine dans la région pour tenter de convaincre la population des avantages de son projet.

Amit Virmani, PDG de Naveco Power, de Fredericton, et Daniel Brassard, l'instigateur, sont installés dans un gîte, à Bertrand, à partir duquel ils multiplient les coups de fil et les rendez-vous.

Ils sentent bien que le vent a tourné, que l'opposition aux éoliennes a pris de l'ampleur. Ils reconnaissent qu'ils tentent de faire tourner le vent de bord.

Daniel Brassard

Daniel Brassard

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Une réunion informative en janvier

On est prêts à se racheter.

Daniel Brassard, initiateur du projet éolien à Anse-Bleue

Selon l'homme d'affaires, une réunion pour répondre aux questions des résidents aura lieu à Anse-Bleue en janvier. Mais, pour être capables de bien préparer cette réunion-là, il faut que les gens prennent au moins le temps par eux-mêmes de demander les informations pour qu'on puisse répondre à leurs questions, précise-t-il.

La journée de cette réunion va être certainement une des journées les plus importantes de nos vies... pour l'avenir d'Anse-Bleue et de Dugas. Cette journée-là pourrait être décisive. On veut que les gens soient informés et qu'ils aient au moins un choix.

Opération séduction

Le PDG de Naveco, Amit Virmani, pense que son entreprise sera en mesure de rendre le projet éolien acceptable aux yeux de la population. Les opposants expriment plusieurs réserves, notamment en ce qui a trait à la pollution visuelle, au bruit et à l'effet stroboscopique des pales d'éoliennes.

Amit Virmani, PDG de Naveco Power

Amit Virmani, PDG de Naveco Power

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Je pense que l'acceptabilité du projet est là quand les gens ont la chance de s'asseoir avec nous et obtenir des réponses à leurs questions, explique-t-il. On n'aurait pas lancé ce projet s'il n'y avait pas eu d'acceptabilité. Les gens craignent ce qu'ils ne connaissent pas. Alors, on offre des réponses aux questions et l'acceptabilité suit ensuite.

On n'est pas là pour se battre.

Daniel Brassard

Ainsi, les promoteurs du parc éolien veulent tendre la main aux opposants. Les gens qui sont totalement en désaccord, il n'y a rien que j'aimerais mieux qu'ils m'appellent et qu'on aille prendre une tasse de café ensemble et qu'on se parle, exprime Daniel Brassard.

Naveco Power doit produire de l'électricité vers le début janvier 2021, selon ses dirigeants. Le temps est donc compté.

Naveco Power a fait réaliser des études scientifiques sur la faune et la flore.

Naveco Power a fait réaliser des études scientifiques sur la faune et la flore.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Il faut créer un dialogue, insiste M. Brassard. Si on ne réussit pas à faire ça, probablement que c'est le gouvernement qui va statuer. Notre job, c'est de s'assurer qu'il y ait une entente parmi le public. On ne pourra pas aller chercher 100 % de la population, ça, c'est certain. Tous les gens qu'on voit, tous les coups de fil qu'on fait, c'est enregistré dans un rapport qu'on va remettre au gouvernement. Et c'est le gouvernement qui va prendre le choix final.

Quels bénéfices pour Anse-Bleue?

Le PDG de Naveco Power, Amit Virmani, n'a pas encore une réponse claire quant à savoir quels bénéfices financiers la région d'Anse-Bleue pourrait retirer du projet. Mais, il songe à créer un fonds pour la communauté. Quand on lui fait remarquer que les cinq éoliennes ne créeraient que trois emplois permanents, il rétorque que chaque emploi compte. Si nous pouvons aider une personne au Nouveau-Brunswick, cela ne compte-t-il pas? Oui, cela compte.

Brassard est dans le coin

Daniel Brassard est un personnage central de cette histoire d'éoliennes à Anse-Bleue. Cela fait plusieurs années qu'il tente de convaincre la population de la région du bien-fondé d'un parc éolien. Dans sa carrière, il a contribué à installer des tours de communication dans différentes régions du pays. Le projet d'Anse-Bleue est mon dernier, admet-il.

Daniel Brassard, initiateur du projet de parc éolien à Anse-Bleue.

Daniel Brassard, initiateur du projet de parc éolien à Anse-Bleue.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Il note quelque chose de particulier dans la région qu'il n'a pas remarqué partout ailleurs où il est passé auparavant.

Je pense que c'est ici que les messages voyagent le plus vite, lance-t-il en riant. J'ai fait plusieurs dossiers avec les Premières Nations dans l'Ouest canadien. On avait une blague disant qu'on allait envoyer un nuage d'information à l'autre euh... tu sais pour communiquer. On est à l'ère Internet. Mais, à Anse-Bleue et Dugas je pense qu'ils communiquent de manière sensorielle. Tout se sait extrêmement vite. C'est correct, je trouve ça drôle. C'est plus rapide que Facebook.

Il sait bien que, pendant cette bataille de l'opinion publique, les opposants se passent le mot : Brassard est dans le coin.

Invitation à méditer

Plusieurs opposants au projet éolien dans la région d'Anse-Bleue critiquent ouvertement les pratiques de Daniel Brassard sur le terrain. Ils le trouvent trop insistant.

Je suis tenace, reconnaît-il. J'espère être persuasif, mais je suis tenace. Auteur et adepte de la méditation, il s'intéresse beaucoup à la psychologie. Il ne cache pas qu'il est bien outillé pour se montrer convaincant.

J'ai écrit certains livres, dit-il. Je viens d'en sortir un récemment. C'est un roman, mais avec beaucoup de psychologie. J'ai peut-être une habileté à reconnaître instantanément ce qui se passe à l'intérieur des gens et à voir cette attitude-là ou cette aura-là ou l'absence de cette aura-là.

Ainsi, Daniel Brassard invite les opposants à bien méditer aux avantages du projet de parc éolien.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Énergies renouvelables