•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Neuf ans de prison réclamés pour Sami Bebawi, ex-cadre de SNC-Lavalin

L'homme est entouré d'un avocat et d'un policier.

Sami Bebawi à son entrée en cour en février dernier.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Radio-Canada

Les observations sur la peine ont commencé jeudi au procès de Sami Bebawi; la poursuite réclame neuf ans d'emprisonnement pour cet ex-cadre de SNC-Lavalin.

Maintenant âgé de 73 ans, Sami Bebawi a été reconnu coupable par un jury samedi dernier de cinq chefs d'accusation, dont fraude et corruption.

Au palais de justice de Montréal, jeudi, la procureure de la Couronne Anne-Marie Manoukian a réclamé une peine de neuf ans de prison pour Sami Bebawi.

La défense, pour sa part, réclame six ans d'emprisonnement pour M. Bebawi, en invoquant que ce dernier n'était pas le seul à prendre des décisions au sein de SNC-Lavalin.

Dans ce type d'affaires, la peine maximale est de dix ans.

La poursuite dit vouloir envoyer un message clair de dénonciation et de dissuasion. L’ampleur de la fraude, la complexité, les montants impliqués, la durée, l’implication de M. Bebawi; essentiellement c’est ça, a affirmé Me Manoukian lors d'un impromptu de presse.

M. Bebawi était la tête dirigeante, il a mis en place le stratagème, selon la preuve qui a été entendue à procès.

Anne-Marie Manoukian, procureure de la Couronne dans le procès de Sami Bebawi

Le stratagème dont parle la Couronne se serait échelonné sur une dizaine d'années.

Devant le juge Guy Cournoyer de la Cour supérieure du Québec, Me Manoukian a décrit Sami Bebawi comme un homme motivé par la cupidité, qui avait tenté de camoufler son crime.

La poursuite entend aussi réclamer l'imposition d'une amende à Sami Bebawi. À ce sujet, les plaidoiries se tiendront à la fin de janvier.

Selon la défense, M. Bebawi a des démêlés avec le fisc et il lui serait difficile de payer une éventuelle amende.

Sami Bebawi invoque des ennuis de santé

Dans une lettre qu’il a déposée en cour, Sami Bebawi a parlé de ses problèmes de santé et du fait que sa plus grande punition sera d’être privé de sa famille.

Le juge Cournoyer, qui devrait rendre sa décision sur la peine le 10 janvier, a affirmé qu'il s'agissait d'un dossier unique au Canada.

Des contrats en Libye

Dans ce procès, il a été allégué que Saadi Kadhafi, fils de l'ancien dictateur Mouammar Kadhafi, avait empoché une cinquantaine de millions de dollars pour user de son influence au sein du gouvernement libyen. L'intervention de Saadi Kadhafi aurait permis à SNC-Lavalin de décrocher de lucratifs contrats dans ce pays.

La Couronne a affirmé que Sami Bebawi avait détourné plus de 26 millions de dollars dans le cadre de ce stratagème de pots-de-vin.

Avec les informations de Geneviève Garon

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.