•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gestion des déchets à Calgary : jeter moins pour payer moins

Des poubelles bleues, vertes et noires attendent d'être ramassées dans une ruelle de Calgary.

Les bacs déjà utilisés à Calgary contiennent des puces d'identification par radiofréquence qui permettraient à la Ville de suivre leur utilisation.

Photo : Radio-Canada / Terri Trembath

Radio-Canada

Calgary explorera la possibilité de récompenser les habitants qui produisent moins de déchets. Le programme pilote permettrait de suivre l'utilisation des bacs de poubelles noirs et, ainsi, de récompenser ceux qui les utilisent le moins.

S’il était mis en œuvre, le programme de collecte intelligente utiliserait des puces d'identification déjà présentes dans les bacs noirs pour suivre la fréquence à laquelle les ordures sont ramassées dans les maisons.

La collecte intelligente repose sur le principe d’utilisateur–payeur. Cette tarification est établie selon la taille du bac et la fréquence des collectes. Le poids de votre bac n’a donc pas d’importance.

Ce ramassage des ordures à la carte permettrait d’avoir des factures moins élevées pour ceux qui sortent leurs bacs moins fréquemment.

L'idée soutenue par le maire de Calgary, Naheed Nenshi, est d'encourager les habitants à gaspiller moins en offrant une incitation financière.

« Nous avons déjà le tri sélectif avec les bacs de couleur, et c’est un réel succès, mais maintenant, nous devons envisager d’autres mesures comme récompenser les gens qui produisent moins de déchets », dit-il.

La population est prête à ça.

Naheed Nenshi, maire de Calgary

Par ailleurs, le programme autorise la réclamation d’un paiement supplémentaire si les résidents ont plus de déchets que la capacité d’une poubelle noire.

La Ville fera rapport de la possibilité d'aller plus loin au conseil municipal en 2021, en mettant en œuvre une base de données de suivi et un nouveau système de facturation pour un projet pilote d'un an.

Cette base de données et ce système de facturation pourraient coûter entre 800 000 et 1,1 million de dollars.

Aucune autre grande ville d'Amérique du Nord n'a de programme similaire. Il n'y a donc pas de données comparables à la disposition de la Ville. Cependant, la démarche s'inspire de villes de taille plus petites qui l’utilisent déjà.

C'est le cas notamment de la ville de Beaconsfield, une petite communauté de 20 000 habitants en banlieue de Montréal, qui a mis en œuvre avec succès un programme similaire.

« La mesure est en réalité plus équitable, plus avantageuse et plus logique que la tarification actuelle, car elle prend en compte les efforts que les habitants font pour réduire les déchets », selon le site Internet de la municipalité québécoise.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Politique municipale