•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crise des opioïdes : hausse du nombre de visites à l'urgence à Ottawa

Des pilules sur une table.

La crise des opioïdes fait encore rage à Ottawa.

Photo : Associated Press / Keith Srakocic

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le nombre de décès et de visites aux urgences liés à des cas de surdoses liées aux opioïdes est en hausse à Ottawa par rapport à l’an dernier.

Selon les chiffres de Santé publique Ottawa, il y a eu 386 visites à l’hôpital pour des cas de surdose d’opioïdes de janvier à octobre 2019, comparativement à 471 pour l’année complète en 2018, et 327 pour l’année complète en 2017.

Il y avait eu 82 décès liés aux opioïdes en 2018, ce qui représentait, à l’époque, une hausse de 27 % par rapport à 2017. Le nombre de décès liés aux opioïdes en 2019 n’est toujours pas connu.

Le nombre de visites dans les quatre centres d’injection supervisés est aussi en hausse. Plus de 80 000 visites ont été enregistrées dans les centres d’injection de la ville d’Ottawa entre les mois de janvier et septembre 2019. En 2018, il y a eu 72 000 visites au total dans l’année.

« On est encore en mode crise, parce qu’il y a encore des surdoses régulièrement, mais c’est plus contrôlé un peu parce que les gens viennent aux sites d’injection, on court moins à l’extérieur pour aller s’occuper de surdoses. »

— Une citation de  Louise Beaudoin, infirmière coordonnatrice et superviseure des infirmières à Ottawa Inner City Health

Louise Beaudoin est infirmière coordonnatrice et superviseure des infirmières à l'organisme Ottawa Inner City Health. Elle est responsable d’une roulotte qui agit comme centre d’injection dans la cour de l’édifice des Bergers de l’espoir depuis novembre 2017.

On a entre 4 et 5 nouvelles personnes par semaine qui viennent s’enregistrer, affirme Mme Beaudoin. Elle affirme qu’au moins quatre surdoses par jour se produisent à la roulotte, mais que les employés sont en mesure de les maîtriser.

Des retards dans l’aménagement d’un centre permanent

Un nouveau centre d’injections supervisées permanent devait en principe ouvrir ses portes avant la fin de 2019 dans le sous-sol de l’édifice des Bergers de l’espoir pour remplacer la roulotte.

Le changement de gouvernement à Queen’s Park a cependant retardé le financement octroyé pour l’aménagement de ce centre. Les travaux se sont amorcés il y a deux semaines et il ne sera finalement pas prêt avant la fin du mois de mai 2020.

Louise Beaudoin

L'infirmière coordonnatrice de Ottawa Inner City Health, Louise Beaudoin devant la roulotte située dans la cour des Bergers de l'espoir.

Photo : Radio-Canada / Antoine Trépanier

Les employés vont donc passer au moins 5 mois de plus dans la roulotte temporaire aménagée dans la cour des Bergers de l’espoir. Même si le nombre de personnes traitées n'augmentera pas avec le nouveau centre permanent, l’offre de services offerts aux consommateurs de drogues injectables sera bonifiée.

Il y'a beaucoup de choses qu’on aimerait faire, mais dans la roulotte ça ne se fait pas, affirme Mme Beaudoin. On voudrait faire des cliniques d'hépatite, des cliniques de VIH, faire des suivis en santé mentale. On n’a pas une pièce où on peut s'asseoir pour avoir une discussion privée.

La roulotte des Bergers de l’espoir continuera cependant d’offrir des services 24 h sur 24.

Le centre d’injection de la rue Clarence, qui est administré par Santé publique Ottawa, va quant à lui réduire ses heures d’ouverture en raison d’un manque de financement.

Le centre qui était ouvert 12 h par jour le sera maintenant seulement de 9 h à 17 h.

Avec les informations d'Antoine Trépanier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !