•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Homo erectus auraient disparu il y a environ 110 000 ans

Représentation artistique d'un Homo erectus.

Représentation artistique d'un Homo erectus.

Photo : Smithsonian's National Museum of Natural History

Agence France-Presse

Les derniers Homo erectus se seraient éteints il y a environ 110 000 ans sur l'île de Java en Indonésie, selon une étude publiée mercredi dans la revue Nature (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

Pour la première fois, nous avons établi de manière convaincante le moment exact de l'extinction de l'Homo erectus, l'un de nos plus importants ancêtres.

Kira Westaway, Université de Macquarie

Des restes fossilisés d'Homo erectus, 12 calottes crâniennes et 2 os des jambes, avaient été découverts dans les années 1930 sur le site de Ngandong, sur les rives du fleuve Solo dans l'île de Java, en Indonésie, mais n'avaient pas encore pu être précisément datés.

Fouilles à Ngandong, Indonésie.

Fouilles à Ngandong, Indonésie.

Photo : Université Macquarie/Russell Ciochon

L'Homo erectus aurait vécu durant environ 1,5 million d'années. Il a été le premier de nos lointains cousins à émigrer hors de l'Afrique il y a 1,8 million d'années.

L'Homo erectus de Ngandong possède le plus grand cerveau et le plus haut front de tous les Homo erectus connus, signe d'un changement évolutif important. Dater ce changement est crucial pour notre interprétation et notre compréhension de nos cousins éloignés, détaille Kira Westaway.

En recoupant plusieurs techniques de datation, les chercheurs ont pu établir que les ossements avaient entre 117 000 et 108 000 ans.

Ceci confirme que Ngandong est le site d'Homo erectus le plus récent qu'on ait trouvé dans le monde, précise Russell Ciochon de l'Université de l'Iowa aux États-Unis, coauteur de l'étude.

Cette datation permet aux chercheurs d'explorer les causes de l'extinction de l'Homo erectus : le fait que ces dates coïncident avec le début de l'ère interglaciaire fournit le premier indice potentiel.

Par contre, elle élimine toute responsabilité de l'Homo sapiens qui serait arrivé dans cette zone après l'extinction de l'Homo erectus.

Ces résultats montrent clairement que les affirmations antérieures [...] selon lesquelles Homo erectus et les humains modernes se seraient croisés dans cette région sont erronées.

Kira Westaway

Mais ils ont pu croiser l'homme de Denisova, un mystérieux cousin éteint, identifié en 2010. Nous soupçonnons que cette espèce est descendue jusqu'en Asie du Sud-Est et a pu interagir avec l'Homo erectus de Ngandong, explique la chercheuse, ajoutant que cela reste à prouver.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Anthropologie

Science