•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Confinement à l'École Massey-Vanier : les 3 personnes interrogées de retour chez elles

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Le confinement a été levé peu après 11 h.

Le confinement a été levé peu après 11 h.

Photo : Radio-Canada / Brigitte Marcoux

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les trois personnes interrogées par la Sûreté du Québec (SQ) relativement à une menace qui a mené au confinement de l’École secondaire Massey-Vanier, à Cowansville, jeudi matin, sont de retour chez elles.

Les trois adolescents, dont deux élèves de l'école, ont été remis à leurs parents par les policiers.

Il n'y a pas d'accusations portées contre eux à court terme, mais la Sûreté du Québec va soumettre le dossier au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) pour examen.

Selon la SQ, tout a commencé à 9 h. L'origine du déploiement vient d'une information préoccupante qui nécessitait que les élèves soient confinés, a expliqué Aurélie Guindon, relationniste à la SQ.

Selon nos sources, des informations auraient circulé sur les réseaux sociaux, selon lesquelles des élèves armés se présenteraient à l'école.

L’établissement a été placé en confinement barricadé peu de temps après. Le confinement a duré un peu plus de deux heures.

Tout s'est fait par mesure préventive, a continué Mme Guindon.

Des trois personnes interpellées par les forces de l’ordre, deux l’ont été à l'intérieur du bâtiment.

Aucune d’entre elles n’était en possession d'armes, selon la SQ. Il n’y a eu aucun blessé.

L’enquête permettra de déterminer ce qui a mené à cette situation d’urgence.

Collaboration étroite entre les commissions scolaires et la SQ

Michael Murray, président de la Commission scolaire Eastern Townships, a expliqué que les choses ont rapidement été prises en main.

On a eu un avis qu’il y aurait peut-être un risque, alors on a déployé immédiatement notre protocole de confinement, a-t-il indiqué en entrevue.

On a été en étroite collaboration avec la Sûreté du Québec pour assurer la sécurité de tout le monde.

Michael Murray, président de la Commission scolaire Eastern Townships

L'École Massey-Vanier de Cowansville est rattachée à deux commissions scolaires. Les élèves francophones de l'école relèvent de la Commission scolaire Val-des-Cerfs, tandis que les élèves anglophones sont sous la gouverne de la Commission scolaire Eastern Townships.

Il y a eu un message dans l’intercom qui disait qu’il y avait un code bleu et qu’il fallait attendre les instructions. On nous a dit de rester tranquilles et de ne pas faire de bruit, a raconté une élève de l’établissement qui a vécu le confinement.

Il y avait des surveillants dans les corridors qui nous ont dit de courir s’il le fallait, parce qu’il fallait qu’on aille dans nos classes, a indiqué pour sa part une autre élève.

Des parents inquiets

Même si, pour maintenir la sécurité, la Commission scolaire Val-des-Cerfs a demandé aux parents de ne pas se présenter sur place, plusieurs d'entre eux, inquiets, étaient venus aux abords de l'école.

C’était vraiment stressant, confie un parent d’élève. On ne veut pas nuire aux plans des policiers. [On nous a dit] de ne pas y aller. En même temps, tu as le coeur qui t’arrache.

L’instinct était de venir ici.

Un parent d’élève

Peu après la fin du confinement, plusieurs élèves ont quitté l’école en compagnie de leurs parents, visiblement ébranlés.

Les services professionnels ont pris en charge les élèves et les membres du personnel qui avaient besoin de soutien, a indiqué la Commission scolaire du Val-des-Cerfs dans une publication Facebook.

Le reste de la journée s'est déroulé selon l’horaire habituel. Les professeurs seront en classe pour accueillir les élèves vendredi, une dernière journée avant le congé des Fêtes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !