•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Service de police de Regina veut faire avancer deux cas non résolus en 2020

Deux portraits de Tamra Keepness, souriante.

Photos d'une affiche de récompense publiée en 2004 lors d'une conférence de presse sur la disparition de Tamra Keepness.

Photo : La Presse canadienne / Troy Fleece

Radio-Canada

Désireux de faire avancer deux enquêtes qui stagnent depuis de nombreuses années, la Commission du Service de police de Regina a décidé de renouveler les récompenses en argent offertes aux personnes qui seraient en mesure de leur fournir de nouvelles informations sur ces dossiers.

Les deux récompenses de 50 000 $ seront donc de nouveau en vigueur en 2020 afin de tenter de résoudre la disparition de la jeune Tamra Keepness et le meurtre de trois membres d’une famille de réfugiés birmans, deux enquêtes non résolues parmi les plus médiatisées de la municipalité.

Nous évaluons chaque année la pertinence d’offrir ces récompenses et nous avons décidé de les renouveler pour une année de plus, indique le chef du Service de police de Regina, Evan Bray.

Evan Bray parle aux journalistes devant un panneau de la police de Regina bleu.

Le chef du Service de police de Regina, Evan Bray, et son équipe sont déterminés à poursuivre leurs recherches pour élucider deux des affaires non résolues parmi les plus médiatisées de l'histoire de la ville.

Photo : CBC

Tamra Keepness a été vue pour la dernière fois vers 22 h 30, le 5 juillet 2004, dans sa maison située en plein coeur de Regina. À l’époque, des photos de l’enfant avaient été affichées un peu partout à travers le pays, et les recherches déployées pour la retrouver avaient été les plus importantes de l’histoire de la ville.

En juillet dernier, les autorités ont publié une courte vidéo expliquant qu’elles étaient déterminées à poursuivre leurs recherches pour retrouver l'enfant malgré les années qui se sont écoulées depuis sa disparition.

Nous continuons d’obtenir des informations à son sujet, dont certaines très récemment. C’est important d’avoir un incitatif pour que quelqu’un se présente et nous aide peut-être à résoudre l’affaire, souligne le maire de Regina, Michael Fougere.

Deux femmes côte à côte. L'une tient un pull sur lequel est inscrit un avis de recherche pour Tamra Keepness.

Chaque année depuis la disparition de la jeune Autochtone Tamra Keepness, un barbecue est organisé pour inciter le public à continuer de garder l'oeil ouvert.

Photo : Radio-Canada / Karel Houde-Hebert

L’homicide de trois membres de la famille birmane remonte quant à lui à 2010, moment où Gray Nay Htoo, sa femme, Maw Maw, et leur fils de 3 ans, Seven June, ont été retrouvés morts dans leur domicile.

Le couple était arrivé au Canada en tant que réfugiés avec leur enfant deux ans plus tôt, et la femme était enceinte d’un deuxième enfant au moment du drame.

Nous croyons qu'il y a des gens dans la communauté qui détiennent de l'information qui pourrait grandement améliorer notre capacité à résoudre cette affaire, affirme le sous-chef du Service de police de Regina, Dean Rae.

Selon le Service de police, jusqu’à 25 agents et enquêteurs ont travaillé sur cette affaire au fil des ans, en plus de membres de la Gendarmerie royale du Canada et du Federal Bureau of Investigation (FBI).

D’après le reportage de Karel Houde-Hébert

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !