•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois militants d'Extinction Rebellion accusés de complot et de méfait

Les militants dans la structure du pont Jacques-Cartier.

Entourés de secouristes, les militants ont déployé leur bannière.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Chantal Poulin, Yann Robitaille et Mélanie Dupuis, les trois militants d'Extinction Rebellion qui ont grimpé dans la structure du pont Jacques-Cartier, à Montréal, le 8 octobre dernier, sont accusés de complot et de méfait.

Ils devront comparaître au palais de justice de Montréal le 23 janvier prochain.

Les trois militants ont perturbé la circulation sur le pont Jacques-Cartier et dans les alentours à l'occasion d'un coup d'éclat qu’ils disaient faire pour le climat.

Selon le mouvement Extinction Rebellion, le geste visait à perturber l'ordre social pour attirer l'attention des autorités.

Le mouvement Extinction Rebellion est derrière d’autres coups d’éclat ailleurs au Canada et dans de nombreuses villes dans le monde.

Extinction Rebellion a vu le jour au Royaume-Uni à la fin de 2018, à l'initiative d'universitaires notamment, et s'inspire de la stratégie de lutte pour les droits civiques aux États-Unis, dans les années 1960.

Le mouvement s'est étendu grâce aux réseaux sociaux et dit réunir aujourd'hui 500 groupes dans 72 pays.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Environnement

Justice et faits divers