•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Présumée agression à Baie-Comeau : un accusé libéré, son présumé complice mineur détenu

Façade du Palais de justice de Baie-Comeau en hiver.

Le Palais de justice de Baie-Comeau.

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le jeune homme de 18 ans de Baie-Comeau qui fait face à plusieurs chefs d'accusation, dont voies de fait, possession d'une arme et vol qualifié, est remis en liberté en attendant son procès. Son présumé complice mineur, lui, demeurera derrière les barreaux en attendant son procès.

En compagnie de son complice, Samuel Cyr aurait agressé et volé un homme samedi matin alors qu'il marchait avant d'aller travailler. Les accusés, qui portaient un pistolet à plomb imitant une arme à feu, auraient aspergé de poivre de cayenne leur victime et fuient les lieux.

La victime aurait subi des blessures mineures et des dommages psychologiques.

Le procureur Alex Turcotte s'opposait à la remise en liberté du jeune homme. Selon lui, il s'agit d'un crime très sérieux et crapuleux qui pourrait créer un sentiment d'insécurité auprès de la population.

La juge Janick Poirier a estimé que l'accusé ne représente pas de danger à la sécurité publique. Il n'a pas d'antécédent judiciaire et a collaboré avec les policiers.

De nombreuses conditions accompagnent la remise en liberté de Samuel Cyr : un couvre-feu, l'interdiction de s'approcher de la victime et l'obligation d'être sous la surveillance quasi constante de son père.

Samuel Cyr devra revenir en cour le 20 janvier 2020 pour son orientation.

L’accusé mineur demeure détenu

Mardi, l’accusé mineur, présumé complice de Samuel Cyr, a subi son audience de remise en liberté sous caution au palais de justice de Baie-Comeau. Le juge a déterminé qu’il resterait détenu jusqu’à son procès.

Avec les informations d’Alexie André Bélisle et de Marlène Joseph-Blais

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.