•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Incursion au palais de justice de Chicoutimi

Le palais de justice de Chicoutimi ouvre exceptionnellement ses salles d'audiences à une caméra de Radio-Canada.

Cette salle du palais de justice de Chicoutimi est consacrée principalement aux causes criminelles de la Cour du Québec.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Gilles Munger

Le palais de justice est souvent le théâtre de bien des conflits : des citoyens accusés d'un crime, des voisins qui ont une chicane de clôture, deux entreprises qui s'affrontent. La justice est publique et se fait en toute transparence, mais il y a des règles à respecter.

Au premier étage, le service du greffe constitue la porte d'entrée du palais de justice de Chicoutimi. On peut y célébrer des événements heureux comme un mariage civil ou l'adoption d'un enfant ou des événements plus malheureux comme des procédures en divorce.

C'est là aussi que les employés du ministère de la Justice préparent les dossiers pour les audiences de la cour.

Essentiellement, un palais de justice est un lieu privilégié entre le citoyen et le système judiciaire et aussi un lieu qui permet aux juges et aux cours qui siègent de rendre des jugements et de mettre fin à des litiges par l'application des lois.

Mario Bélanger, directeur des Services judiciaires du Saguenay-Lac-Saint-Jean
Le kiosque d'accueil du greffe permet à la clientèle de s'adresser au personnel derrière des vitres sécurisées.

Le greffe du palais de justice de Chicoutimi permet de préparer les dossiers des causes criminelles, pénales et civiles.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Dans les corridors du palais, on peut croiser des accusés en liberté, des témoins et des victimes. La tension est parfois palpable.

Tous les citoyens qui se présentent en liberté dans un palais de justice sont traités de la même façon. La sérénité des lieux est assurée par les constables spéciaux qui assurent la sécurité dans la zone publique, explique Mario Bélanger.

L'accusé en détention se retrouve dans une section encadrée de verre pare-balles.

Le box des accusés sécurisé de la salle 3.09 du palais de justice de Chicoutimi a été construit dans la foulée des grands procès contre le crime organisé.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Dans les salles d'audience des procès criminels, les règles sont particulièrement strictes. Les citoyens doivent être vêtus convenablement, le silence est de mise et il faut fermer les cellulaires pour assurer la sérénité des débats.

Les sièges des 12 jurés de la salle 3.09 du palais de justice de Chicoutimi

Les membres du jury ont pour rôle de déterminer la culpabilité ou non d'un accusé.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

L'une des salles du palais de justice, la 3.09, permet la tenue des procès devant juge et jury. Comme toutes les autres salles, elle est équipée de système pour les comparutions par vidéo. C'est dans cette salle que les box vitrés pour les accusés ont été aménagés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Justice et faits divers