•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le ministère du Tourisme refuse de financer la réfection de la marina de Matane

La marina de Matane.

La marina de Matane

Photo : Radio-Canada

Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Selon le maire de Matane, Jérôme Landry, les infrastructures sont dans un tel état que la saison 2020 est carrément menacée. Or, le commodore du Club de yacht de Matane, Steven Grant, affirme que la Ville savait depuis le début que la demande de financement serait refusée.

Steven Grand jette le blâme sur la Ville, propriétaire des lieux, et indique qu'elle ne s'y prend pas de la bonne manière pour assurer la survie de la marina.

Le projet de mise à niveau de la marina vise à draguer le fond du bassin et le remplacement des murets qui menacent carrément de s'écrouler dans la rivière.

Les ancrages pour fixer les pontons sont désorientés. Il a fallu faire des pieds et des mains pour installer les quais l'été dernier.

Des murs qui ont besoin de réparation à la marina de Matane.

Le recul de la Ville suscite de la grogne à la marina de Matane.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschenes

Le ministère justifie son refus de financer les travaux en indiquant que le projet en est un de réfection et non [de] développement d'un attrait, peut-on lire dans la réponse reçue le 14 novembre dernier.

On ne peut pas accepter ce refus-là, lance le maire Landry.

C'est un projet de développement touristique, c'est l'un des sites touristiques les plus importants de Matane.

Jérôme Landry, maire de Matane

Le maire promet donc de revenir à la charge auprès du ministère, car le conseil municipal n'a pas l'intention d'aller de l'avant seul dans ce projet.

Dans le cadre de la stratégie maritime, il me semble que c'est une logique implacable [de financer la réfection de la marina], ajoute-t-il.

En effet, la demande de subvention a été faite dans le cadre de la Stratégie de mise en valeur du Saint-Laurent touristique qui, selon le site web du ministère, est partie intégrante de la Stratégie maritime du Québec.

La subvention souhaitée du ministère du Tourisme représentait environ 50 % du projet évalué à 5,3 millions de dollars.

La Ville doit y aller par étape

Le commodore de la marina, titre donné au président du conseil d'administration du Club de yacht de Matane, Steven Grant, juge sévèrement la Ville dans ce dossier qui s'enlise.

Des bateaux sont alignés à la marina de Matane.

Marina de Matane

Photo : Radio-Canada / Joane Bérubé

Selon lui, il était certain que le Ministère allait refuser la demande. La Ville a tout de même décidé d'aller de l'avant pour bien paraître, juge-t-il.

M. Grant affirme que la Ville doit d'abord et avant tout régler ce qu'il y a de plus urgent : les murets.

Jérôme [Landry], il dit qu'il veut avoir une belle marina, nous autres, on veut pas une belle marina, on veut une marina fonctionnelle.

Steven Grant, commodore du Club de yacht de Matane

Concernant l'ensablement, M. Grant juge que ce n'est pas la priorité. Les gens savent qu'ils doivent rentrer à marée haute, les gens s'habituent à ça. À Rivière-du-Loup aussi, c'est de même, ajoute-t-il.

Le commodore conclut en disant que les relations entre le Club de yacht et la Ville ne sont pas terribles.

On leur parle et c'est pareil comme si on parlait aux murs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !