•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le budget 2020 de Saguenay et le plan triennal rejetés

Le document contenant le budget 2020 de Saguenay.

Le budget 2020 de Saguenay a été officiellement présenté aux élus et citoyens.

Photo : Radio-Canada / Mélyssa Gagnon

Mélyssa Gagnon

Le budget de 2020 de Saguenay n'a pas été adopté : seuls les trois élus de l'Équipe du renouveau démocratique (ERD) ont voté pour. Les 11 autres conseillers ont voté contre. Le Plan triennal d'immobilisation a également été rejeté dans un second vote avec le même résultat.

Le vote sur le budget avait été demandé en début de séance par le conseiller de La Baie Éric Simard. Pas encore assermenté, le nouveau conseiller du district n 1, Jimmy Bouchard, n'a pas pris part au vote. Ainsi, seuls Michel Potvin, Brigitte Bergeron et Marc Bouchard ont appuyé le budget de leur chef, Josée Néron.

À compter de midi, les conseillers se sont exprimés successivement pour questionner la mairesse et le président du comité des finances, Michel Potvin. 

Sept élus ont pris la parole pour critiquer la décision de la mairesse de hausser le compte de taxes de 1,9 %, alors que la dette atteint des sommets inégalés. Selon les chiffres présentés mercredi matin, la dette devrait atteindre 477 millions de dollars en 2020. C’est une hausse de 40 millions en un an. Pour la prochaine année, la Ville aurait dû débourser 48 millions simplement pour le remboursement de la dette. 

« Je ne veux pas voter au bénéfice du politique, je veux voter au bénéfice des citoyens », a déclaré Carl Dufour. 

Josée Néron estime que les conseillers ont eu la chance de s’exprimer à maintes reprises puisque 27 rencontres de travail ont eu lieu avant le dépôt du budget. 

Kevin Armstrong a dit que « c’est assez ». Il a l’intention de déposer un plan de redressement de 54 pages pour que Saguenay adopte des pratiques financières durables.

Grogne chez les indépendants

La faible hausse du taux de taxation ne faisait manifestement pas l’affaire des conseillers indépendants de Saguenay, qui aimeraient que la dette municipale soit remboursée plus rapidement.

Quand est-ce qu’on frappe le mur?

Julie Dufour, présidente de l'arrondissement de Jonquière

Ces élus ont d’ailleurs fait un coup d’éclat en ne se présentant pas à la plénière précédant le dépôt du budget. Ils se sont plutôt réunis dans un restaurant de la rue Racine.

Je ne vois pas quel gain on va faire dans une chicane interne, avait soulevé M. Potvin, qui s’est dit surpris de constater le geste de ses collègues.

En mêlée de presse après la séance, la mairesse a expliqué qu'à l'occasion d'une rencontre le 20 novembre avec tous les conseillers sur le budget, ils avaient discuté une journée entière. Selon elle, Carl Dufour avait demandé à la conclusion de la rencontre un vote d'appui à main levée. Seul Kevin Armstrong se serait alors abstenu.

Ce qui s'est passé comme jeu de coulisses, je ne le sais pas. Mais tout ce que je sens, c'est est-ce qu'on peut se poser la question : "Est-ce qu'on a un parti qui est en train de se constituer au niveau des indépendants?". À ce moment-là, par honnêteté, ce que j'aimerais de leur part [...] c'est qu'ils prennent un nom, qu'ils s'enregistrent auprès du DGEQ et qu'ils agissent à ce titre. Parce qu'on s'entend, ce qu'on a eu ce matin, c'est un caucus.

Josée Néron, mairesse de Saguenay
Les élus sont réunis à la table du conseil de ville.

Les élus de Saguenay discutent du budget.

Photo : Radio-Canada / Mélyssa Gagnon

Coupes

Par ailleurs, la Ville n’a pu couper les 5,2 millions $ qu’elle souhaitait récupérer dans la fonction publique. Les efforts administratifs ont totalisé 3 millions $, ce qui est insuffisant, selon les conseillers indépendants. 

Les augmentations de taxes des deux dernières années n’ont pas permis de réduire la dette. Comment peut-on expliquer ça? Est-ce qu’on paie le minimum dû sur la carte de crédit?, a questionné le conseiller jonquiérois Kevin Armstrong.

Le taux de taxation présenté prévoyait d'harmoniser à 1,14 $ par tranche de 100 $ d’évaluation dans tous les secteurs de la ville, sauf à Shipshaw, où il a été fixé à 1,15 $.

On a encore réussi à corriger la déviance [de la précédente administration]. La politique qu’on a adoptée, c’est d’y aller tranquillement, avait déclaré la mairesse, avant le rejet du budget.

Josée Néron et Michel Potvin s'expriment derrière des micros.

La mairesse Josée Néron et le conseiller municipal Michel Potvin font le point sur le budget devant les médias régionaux.

Photo : Radio-Canada / Mélyssa Gagnon

Un budget de 358 millions de dollars

Le budget de la Ville pour la prochaine année devait atteindre 358,8 millions de dollars, une hausse de 9,5 millions par rapport à 2019.

Le remboursement de la dette devait occuper 13 % du budget.

La tarification des services d’eau, d’égouts et des matières résiduelles devait demeurer inchangée, à 150 $ par foyer.

Josée Néron a rappelé que l’ampleur de la dette est attribuable à l’ancienne administration, qui sous-budgétait les coûts des travaux publics et procédait ensuite par règlements d’emprunt. Selon elle, l’augmentation de la dette est très peu liée aux grands projets. La majorité de la croissance est attribuable au retard encouru dans la refonte des infrastructures.

Plan triennal

Saguenay proposait aussi l’adoption d’un plan triennal d’immobilisation de 201 millions de dollars. Selon la mairesse, il s’agissait d’un plan audacieux et ambitieux, qui donnera un signal fort avec des projets structurants pour inciter les gens à venir s’installer à Saguenay. Lors d'un second vote, il n'y a encore une fois que les membres de l'ERD qui ont voté en faveur du PTI.

Les projets privilégiés pour 2020 :

  • Pont de Sainte-Anne : 15 M$
  • Centre multisports de Jonquière : 25 M$
  • Parc de la rivière-aux-Sables : 4 M$
  • Terrain de la Consol : 1 M$
  • Autogare et centre multifonctionnel : 6 M$
  • Pavillon de l’agriculture : 5,1 M$

Commercial et industriel

Le compte de taxes commercial devait augmenter de 2,3 % l’an prochain. Celui des industries devait être maintenu à 4,04 % pour une deuxième année consécutive.

La Ville prévoyait diverses façons d’augmenter ses revenus en 2020, notamment l’implantation de stationnements payants et la révision de la structure des ressources humaines au service des travaux publics.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Politique municipale