•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toujours pas de commissaire pour diriger l'unité des services en français de l'ombudsman

Un homme derrière un bureau

L'ombudsman de l'Ontario, Paul Dubé

Photo : La Presse canadienne / Colin Perkel

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'année 2019 se termine et le bureau de l'ombudsman de l'Ontario n'a toujours pas annoncé qui dirigera son unité des services en français.

L'unité a été créée après l'abolition du Commissariat aux services en français dans la foulée des compressions annoncées par le gouvernement Ford lors de l'énoncé économique d'automne en novembre 2018.

Le bureau de l'ombudsman indiquait dans un communiqué en août dernier qu'il souhaitait sélectionner un nouveau ou une nouvelle commissaire pour diriger cette unité d'ici la fin de l'automne.

Dans un courriel envoyé à Radio-Canada à la mi-décembre, la directrice des communications de l'ombudsman, Linda Williamson indique que le processus de recrutement est presque terminé.

Le processus de recrutement est presque terminé, mais il n'y aura pas de nouvelles avant la fin de l'année. L'ombudsman s'attend à annoncer son choix en janvier, dans quelques semaines.

Linda Williamson, directrice des communications, bureau de l'ombudsman de l'Ontario

L'ombudsman fera des commentaires seulement lorsque le nouveau ou la nouvelle commissaire sera choisi(e).

Une annonce attendue

La ministre des Affaires francophones, Caroline Mulroney.

La ministre des Affaires francophones, Caroline Mulroney

Photo : Chaîne de l'Assemblée législative de l'Ontario

Le 19 novembre dernier, la ministre des Affaires francophones Caroline Mulroney s'était levée en chambre pour répondre à une question de l'opposition et suggérer qu'une annonce était imminente.

La ministre a par la suite expliqué que c'était à l'ombudsman de faire ses annonces puisqu'il dirige un bureau indépendant et qu'il est responsable de choisir le prochain commissaire responsable des services en français.

L'ombudsman est à la recherche de la bonne personne pour combler ce poste. Je sais qu'il cherche la personne qui a la capacité nécessaire pour pourvoir ce poste important. Donc il faut demander à l'ombudsman quand ce sera comblé. Mais je sais que j'ai entendu que ce sera bientôt.

Caroline Mulroney, ministre des Affaires francophones de l'Ontario

L'opposition commence à s'impatienter

Le NPD continue de demander des comptes.

Le député néo-démocrate Guy Bourgouin.

Le député néo-démocrate Guy Bourgouin.

Photo : Chaîne de l'Assemblée législative de l'Ontario

Pour le porte-parole en matière d'affaires francophones, Guy Bourgouin, il est inacceptable de penser que les Franco-Ontariens attendent toujours la nomination d'un commissaire aux services en français - sous l'égide de l'ombudsman.

Que ça prenne autant de temps, c'est inacceptable. (...) Il est grand temps qu'on en ait un. Quand ça arrive aux coupures, le couteau est tranchant. Ils ne demandent pas de permission, ils ne consultent personne, ils coupent. Mais pour les services de la langue française, il faut prendre notre temps?

Guy Bourgouin, porte-parole en matière d'affaires francophones du NPD

Le gouvernement a annoncé l'abolition du Commissariat le 15 novembre 2018 pour ensuite transférer les responsabilités de l'ancien commissaire au bureau de l'ombudsman à partir du 1er mai.

C'est l'ancien directeur général de l'ancien commissariat, Jean-Gilles Pelletier qui a agi comme commissaire intérimaire jusqu'au 15 août dernier.

Paul Dubé devant les micros du studio des médias de l'Assemblée législative de l'Ontario.

L'ombudsman de l'Ontario, Paul Dubé.

Photo : Radio-Canada / Rozenn Nicolle

L'ombudsman Paul Dubé a pris le relais depuis.

L'ombudsman choisit le nouveau commissaire avec l'appui d'un comité de sélection composé de Michel A. Carrier, Commissaire aux langues officielles du Nouveau-Brunswick par intérim et Linda Cardinal, professeure à l'Université d'Ottawa et experte sur les droits linguistiques.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !