•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des intervenants en petite enfance dressent un énorme sapin pour un meilleur salaire

Les manifestants ont dressé un énorme sapin avec des slogans.

Les manifestants ont dressé un énorme sapin et l'ont décoré de slogans.

Photo : Radio-Canada

Des intervenants en petite enfance ont installé un énorme sapin de Noël devant le ministère de la Famille, à l’aube mercredi, afin de mettre en lumière leurs mauvaises conditions salariales.

Sans entente collective depuis mars dernier, les représentants des services éducatifs en milieu familial (RSE) demandent une hausse substantielle de salaire de 35 %.

Cette augmentation réclamée peut paraître énorme, disent-ils, mais les intervenants en petite enfance gagnent un salaire de 12,42 $ de l’heure, soit moins que le salaire minimum. Une hausse de 35 % correspondrait à un taux horaire d’un peu plus de 16 $.

« Par ce coup d’éclat, on demande au gouvernement de tendre l’oreille à nos demandes. Nous travaillons à développer l’avenir de demain dans des conditions de travail toujours plus exigeantes et stressantes. Une rémunération décente est le point de départ du respect pour les RSE », affirme la présidente de la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec, Valérie Grenon.

Des intervenants en petite enfance ont installé un énorme sapin de Noël devant le ministère de la Famille.

Des intervenants en petite enfance ont installé un énorme sapin de Noël devant le ministère de la Famille.

Photo : Radio-Canada / Pierre-Alexandre Bolduc

Des compensations réclamées

Les RSE dénoncent également les nouvelles dispositions prévues au Règlement sur les services de garde éducatifs à l’enfance, qui les obligent à tenir un portrait périodique de l’enfant.

À quelques mois de l'entrée en vigueur de ce règlement, le ministère de la Famille refuse toujours de donner une compensation aux RSE pour cette autre tâche qui s’ajoute, dénoncent les manifestants.

« La moindre des choses serait de rémunérer nos membres pour la production de ces nouveaux documents. On ne veut pas faire ce document sur le coin d’une table. La position du ministère dans ce dossier est insultante et dégradante pour nos membres. Le gouvernement adopte-t-il la même attitude lorsqu’il veut ajouter une nouvelle tâche à d’autres professionnels? », demande Mme Grenon.

Des manifestants de partout au Québec étaient sur place pour se faire entendre mercredi matin.

La Fédération des intervenantes en petite enfance représente environ 12 500 membres qui prennent soin de 90 000 enfants de 0 à 5 ans.

Avec les informations de Pierre-Alexandre Bolduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Enfance