•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

CAMH renforce la sécurité pour éviter la fuite de patients

Photo de la devanture du centre de santé.

Trois absences non autorisées ont soulevé inquiétudes et questions, l'été dernier.

Photo : CBC

Radio-Canada

Le Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH) de Toronto accepte toutes les recommandations d'un groupe d'experts pour réduire les fuites de patients qui y sont hospitalisés après avoir été reconnus non criminellement responsables par un tribunal.

Le comité indépendant avait été formé à la suite de trois cas très médiatisés d’absences non autorisées de patients en juin et juillet.

L'un de ces patients avait commis deux vols. Un autre avait même réussi à quitter le pays et n'avait jamais été retrouvé.

Finalement, un troisième avait été ramené quelques heures plus tard à l'établissement de santé par les policiers, sans incident.

Certains avaient un passé criminel violent, incluant des homicides ou des vols à main armée.

Le fait qu'une de ces absences n'ait été rendue publique qu'après deux semaines avait soulevé des questions au sujet de la sécurité du public et du travail de la police.

Les recommandations

Les recommandations portent tant sur l'aménagement des lieux que sur la gestion des permissions de sorties ou les communications avec la police. Des changements ont également été apportés par l'établissement depuis les événements du début de l'été.

Les experts proposent notamment l'aménagement d'un espace extérieur sécurisé et l'accélération des rénovations des édifices pour les patients en détention.

Ils croient aussi que les programmes de soins devraient inclure plus d'activités qui préparent ces patients pour leur libération. Les membres du comité font valoir, de plus, que les sorties et le temps passé avec de la famille ou des amis contribuent à la guérison des patients et à leur intégration à la communauté.

Les experts soulignent qu'en 10 ans, un seul patient en fuite de CAMH a commis un crime violent, soit un vol.

Ils reconnaissent également que, malgré les efforts du centre, les fuites et absences non autorisées ne pourront jamais être complètement éliminées.

La présidente de CAMH, Catherine Zahn, dit accepter toutes les recommandations du groupe d'experts, que ce soit quant à l'aménagement d'un espace clôturé à l'extérieur, la gestion des sorties ou les communications avec la police.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !