•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Exploitation minière : des municipalités demandent de meilleurs outils de gestion

Des panneaux sur lesquels sont écrits des slogans indiquant une opposition aux mines.

Nombreux sont les citoyens de Grenville-sur-la-Rouge qui s'opposent à l'ouverture de la mine de Canada Carbon (archives).

Photo : Radio-Canada / Denis Babin

Radio-Canada

Les municipalités devraient être davantage impliquées dans l’élaboration de plans pour le développement minier en Outaouais, clame un élu de la MRC de Papineau. Les outils fournis aux villes par Québec pour gérer les conflits avec les minières sont insuffisants, croit-il.

Le maire de Duhamel, David Pharand, représente la MRC de Papineau dans le cadre d’une vaste consultation au sujet des minéraux stratégiques et critiques — des minéraux jugés cruciaux pour le développement et les activités économiques — organisée par le ministère québécois de l’Énergie et des Ressources naturelles.

Le graphite que tente d’exploiter la société Canada Carbon à Grenville-sur-la-Rouge est d’ailleurs une ressource critique. Malgré l’importance de ce minerai, utilisé notamment dans la fabrication d’appareils électroniques, Duhamel, tout comme 99 autres municipalités, a exprimé son soutien à la cause de Grenville-sur-la-Rouge.

Un soutien que le maire suppléant de Grenville-sur-la-Rouge, Denis Fillion, en entrevue à l'émission Les matins d'ici, juge extrêmement important dans le monde municipal.

Ça envoie un message au gouvernement comme quoi, comme Municipalité, on a besoin de meilleurs outils pour faire notre gestion du territoire, parce qu'on se retrouve actuellement dans une situation où on a un projet minier qui rentre en conflit d'usages avec l'utilisation que l'on veut faire du territoire, lance-t-il.

La controversée poursuite de 96 millions de dollars opposant Canada Carbon à Grenville-sur-la-Rouge incarne parfaitement le type de problèmes avec lesquels les plus petites communautés sont aux prises, selon le maire David Pharand.

David Pharand, maire de la Municipalité de Duhamel.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le maire de Duhamel, David Pharand (archives).

Photo : Radio-Canada

Pour nous, la demande de Grenville-sur-la-Rouge, c’est une demande d’obtenir du gouvernement plus de pouvoirs aux régions pour éviter les conflits entre les mines et les communautés régionales, a expliqué le maire Pharand.

On voudrait être partenaires dans la mise en place d’une stratégie et d’un plan d’affaires plutôt que de subir la situation.

David Pharand, maire de Duhamel

On souhaite avoir plus de pouvoirs, plus de souplesse dans l’identification des conflits d’usages, justement pour éviter des situations comme on connaît à Grenville-sur-la-Rouge, qu’on déplore et que le gouvernement et l’industrie déplorent également, a précisé M. Pharand.

Il y a consensus parmi les élus qu’il y a une problématique avec les orientations gouvernementales sur l’identification des conflits d’usages, a-t-il poursuivi.

Si Québec a mandaté les gouvernements régionaux pour identifier les possibles conflits d’usages qui pourraient survenir, dans son orientation et les outils qu’il nous a confiés pour faire ce travail-là, il nous a déçus un peu, a soutenu David Pharand, qui espère un coup de barre pour redresser la situation.

Dans un communiqué envoyé mardi, Grenville-sur-la-Rouge réclame aussi que soient revues la Loi sur l'aménagement et l'urbanisme et la Loi sur les mines afin de renforcer les pouvoirs locaux pour protéger les milieux fragiles de leurs territoires, notamment les sources d'eau potable, les milieux de villégiature, de récréotourisme, d'écotourisme, d'agriculture et de foresterie durable.

Avec la façon dont les lois sont organisées, cela expose des municipalités à des poursuites judiciaires qui sont extrêmement dispendieuses. Dans notre cas, c'est au-delà de 200 $ qui ont été investis en frais juridiques à date.

Denis Fillion, maire suppléant de Grenville-sur-la-Rouge

M. Pharand compte déposer un mémoire auprès du ministère d’ici le mois de février dans le cadre de la réflexion amorcée par le gouvernement Legault.

Contacté par Radio-Canada, le consultant en relations publiques de la minière, Pierre Bouchard, a indiqué que ses clients n'avaient pas de commentaires à faire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Politique provinciale