•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

SpaceX lance un satellite qui pourrait amener Internet sur des milliers d'îles isolées

Une fusée s'apprête à décoller.

Une fusée Falcon 9 de l'entreprise SpaceX lors des préparatifs pour une mission d'essai au Kennedy Space Center en Floride, le 1er mars 2019

Photo : Getty Images / SpaceX

Radio-Canada

Des milliers d’îles dans l’océan Pacifique situées entre la côte méridionale de l’Asie et l’Australie demeurent à ce jour essentiellement isolées de l’ère du numérique. Toutefois, un nouveau satellite de la jeune entreprise Kacific pourrait fournir une première connexion Internet à près de 1 million de personnes, selon ce que rapporte CNN Business.

Selon plusieurs fournisseurs d’accès Internet, il n’y a pas tant de personnes [dans la région de l'Asie-Pacifique], elles n’ont pas besoin d'une connexion et il n’y a pas beaucoup d’argent [à faire], a affirmé à CNN Business Christian Patoureux, fondateur et président de la jeune entreprise Kacific, qui fournit un service Internet haute vitesse grâce à des satellites. 

Selon Patoureux, ces fournisseurs ont tort. Il y a six ans, il a fondé Kacific, une entreprise basée à Singapour, après avoir lu une étude de marché qui démontrait que la région Asie-Pacifique avait soif d’accès Internet et que sa population était prête à sortir le portefeuille.

Depuis lundi, l’entreprise s’est grandement rapprochée de son but de fournir un accès Internet dans cette région. En effet, SpaceX, l’entreprise fondée par Elon Musk qui se spécialise dans le domaine de l’astronautique et du vol spatial, a lancé la fusée Falcon 9, qui a placé en orbite le premier satellite de Kacific. La fusée a décollé de la base de lancement de Cap Canaveral, en Floride. Patouraux a affirmé que le satellite en question pourrait fournir une première connexion Internet à près de 1 million de personnes.

La topographie de l’Asie-Pacifique : le plus grand obstacle à l’accès Internet

L’Internet haute vitesse voyage essentiellement par des câbles en cuivre ou en fibre optique, dont plusieurs se situent sous l’océan Atlantique. Ces lignes étant très coûteuses à installer, les fournisseurs de services Internet ciblent principalement les grands centres urbains au détriment des communautés rurales, afin d’obtenir le meilleur retour sur l’investissement possible. 

Plus de 80 % de la population de l’Asie-Pacifique habite dans des régions rurales, où le manque de connexion est flagrant, selon Patouraux. Il affirme que de fournir Internet par satellite est la meilleure façon de joindre ces communautés éloignées, et que son équipe a trouvé le moyen d’y parvenir à un juste prix.

Le satellite Kacific-1 est un nouveau type de satellite à haut débit qui a une capacité bien plus grande que celle des anciens modèles. Pour garder les coûts à la baisse, il est intégré dans un CondoSat, une sorte de satellite deux en un qui permettra à Kacific-1 de partager l’espace avec une autre charge utile, soit celle du service de télévision par satellite japonais Sky Perfect JCSAT. 

Le CondoSat orbitera à environ 35 405 kilomètres au-dessus de la Terre, où il sera positionné en permanence au-dessus de la région Asie-Pacifique. 

Quelques stations au sol réfléchiront le signal du satellite vers des antennes, créant ainsi des points d’accès Internet. Chacune de ces antennes coûtant de 500 à 1000 $ US, les antennes seront peut-être trop chères à installer chez les individus, mais seront parfaites pour les écoles, les hôpitaux et les centres communautaires, selon Patouraux. 

La connexion Internet sauve des vies

À la base, Patouraux rêvait avec Kacific de fournir assez de bande passante aux communautés rurales pour visionner des vidéos sur YouTube, mais il s’est vite rendu compte qu’il y avait des raisons bien plus fondamentales de fournir Internet à ces communautés.

Avant de se tourner vers le satellite, l'entreprise avait déjà réussi à connecter 75 cliniques médicales au Timor-Leste et 5 écoles à Samoa, en achetant des bandes passantes excédentaires à d'autres fournisseurs Internet.

Nous connections des hôpitaux et sauvions des vies a-t-il affirmé.

C'est ce qui l'a poussé à créer un service abordable en utilisant des satellites en orbite géosynchrone, c'est-à-dire une orbite géocentrique sur laquelle un satellite se déplace dans le même sens que la planète et dont la période orbitale est égale à la période de rotation de la Terre.

2 $ US pour 1 gigaoctet de données 

Les personnes vivant près des points d’accès de Kacific pourront passer à l’épicerie ou à la station d’essence et se procurer des coupons d’accès Internet. Un gigaoctet de données coûtera de 1,50 à 2 $ US. Certaines écoles et certains hôpitaux pourront aussi subventionner l’accès à leurs réseaux, rendant le service encore moins coûteux. Les vitesses seront assez rapides pour regarder des vidéos et télécharger des films.

L’entreprise a déjà signé des contrats avec des fournisseurs pour rendre Internet accessible dans 24 pays. 

Bien qu’il souhaite élargir son réseau à l’aide de plus de satellites, Patouraux ne voit pas Kacific comme un remplacement des services Internet traditionnels et des câbles à fibre optique. Au contraire, il espère que plus de câbles pourront éventuellement rejoindre l’Asie-Pacifique.

« Mais il ne sera jamais économique de connecter une île qui contient 200 habitants et habitantes, ou un village de 500 personnes, qui sont à des kilomètres de la prochaine ville provinciale. Nous avons la technologie qui convient pour les connecter », conclut-il. 

Avec les informations de CNN Business

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Internet

Techno