•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des refuges refusent des femmes et des enfants victimes de violence, faute de place

Une femme triste assise au bord d'une fenêtre.

Selon Statistique Canada, plus de 99 000 personnes de 15 à 89 ans ont été l'objet de violence aux mains d'un partenaire intime en 2018 au pays.

Photo : getty images/istockphoto / PKpix

Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les centres qui accueillent les femmes victimes de violence à Toronto débordent, parce que celles qui y sont hébergées ont d'énormes difficultés à se trouver un logement abordable. La conséquence : ces refuges doivent refuser d'autres femmes et enfants dans le besoin.

La dernière fois qu'on a eu un lit de disponible, ça date d'il y a plus d'un mois, explique Jeanne François Mouè, la directrice du centre La maison, le seul foyer d'hébergement pour femmes francophones victimes de violence à Toronto.

Elle affirme que depuis le mois d'avril, La maison a refusé 17 femmes ainsi que leurs enfants qui vivaient des situations de violence familiale.

Forfait de Jeanne Françoise Mouè.

La directrice de La maison, Jeanne Françoise Mouè, dit que l'organisme compte 20 lits, mais qu'il héberge souvent plus de femmes et d'enfants.

Photo : Radio-Canada / Matéo Garcia-Tremblay

Elle raconte qu'une famille réside à La maison depuis plus d'un an parce qu'elle est incapable de trouver un logement à prix modique.

Une situation répandue

La métropole compte 14 foyers pour femmes violentées, ce qui représente environ 300 lits.

Selon l'organisme Assaulted Women Helpline, qui oriente les femmes vers les maisons d'hébergement, ces foyers sont pleins à 99 %.

Chaque matin, l'organisme envoie une liste des centres où il y a une place disponible à la ligne Fem'aide, qui soutient les femmes francophones. La plupart du temps, on ne reçoit rien, parce qu'il n'y a pas de places, explique Roza Belai, l'agente de liaison de la ligne.

Ce sont des femmes qui se retrouvent carrément dans la rue.

Une citation de :Roza Belai, agente de liaison de la ligne Fem'aide

Les femmes et leurs enfants doivent alors se tourner vers les refuges pour sans-abri de la Ville de Toronto.

La situation inquiète la directrice de l'association ontarienne Interval and Transition Houses, Marlene Ham. Si les femmes n'ont nulle part où aller, elles peuvent décider de rester dans une situation violente.

L'organisme a répertorié 37 homicides de femmes et d'enfants victimes de violence familiale du 25 novembre 2018 au 25 novembre 2019 en Ontario.

Selon Marlene Ham, il faut augmenter l'accessibilité aux logements à prix modique pour permettre aux familles dans les centres de céder leur place à d'autres.

Crise du logement

Le coût moyen d'un appartement d'une chambre dépasse 1500 $ par mois à plusieurs endroits dans la métropole et ses banlieues, selon l'analyse de la compagnie Rentals.ca

Un nouvel édifice d'appartements.

Un nouvel édifice de logements mixtes inauguré à Toronto en décembre dans le quartier de Regent Park. Il comprend 125 logements dont le loyer est proportionnel au revenu et 33 appartements loués en deçà du prix courant.

Photo : CBC/James Morrison

Jeanne Françoise Mouè note que la recherche de logement est encore plus difficile pour les femmes qui bénéficient de l'aide sociale. Les propriétaires aujourd'hui ne prennent plus les femmes qui ont pour source de revenu Ontario au travail.

L'accès au logement social devient aussi de plus en plus complexe et difficile, selon elle.

Les femmes sont découragées.

Une citation de :Jeanne Françoise Mouè, directrice de La maison

La Ville de Toronto indiquait en avril dernier que plus de 100 000 ménages étaient sur la liste d'attente pour avoir un accès à un logement à prix modique.

Les loyers dans la région de Toronto en décembre 2019.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les loyers dans la région de Toronto en décembre 2019

Photo : Radio-Canada

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !