•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

53 % des Canadiens veulent changer leurs habitudes pour réduire leur facture d'épicerie

Une femme poussant un panier d'épicerie.

Les Canadiens trouvent que le coût des aliments augmente plus vite que leurs revenus.

Photo : Radio-Canada

Pascale Bréniel

Une vaste majorité des Canadiens s'inquiètent de l'augmentation du prix des aliments et plus de la moitié d'entre eux veulent changer leurs habitudes de consommation pour composer avec cette hausse.

C'est ce qui ressort d'un sondage réalisé par la firme Angus Reid pour l'Université Dalhousie, en Nouvelle-Écosse.

Au total, 87 % des personnes interrogées constatent que le prix des aliments augmente plus rapidement que les revenus de leur famille. Même les répondants qui gagnent plus de 100 000 $ partagent cette opinion.

Cette proportion élevée a étonné le directeur du laboratoire en science analytique agroalimentaire de l’Université Dalhousie, Sylvain Charlebois, qui est l'auteur principal de l'étude.

Ça veut dire qu'il y a vraiment un énorme groupe de Canadiens qui se sentent plus vulnérables lorsqu'ils effectuent une visite au supermarché ou vont au restaurant, simplement.

Sylvain Charlebois, chercheur à l’Université Dalhousie

Le prix des légumes vient en tête, parmi les diverses catégories d'aliments, pour presque 70 % des Canadiens. La chose ne surprend pas les chercheurs de l'Université Dalhousie, puisque le coût des légumes a augmenté de 15 % cette année.

Le professeur Sylvain Charlebois en entrevue au Téléjournal Acadie.

Sylvain Charlebois, chercheur à l'Université Dalhousie

Photo : Radio-Canada

Viennent ensuite, parmi les sujets d'inquiétude, le prix des fruits et celui de la viande. Ces résultats sont logiques, selon M. Charlebois, puisque ce sont les catégories d'aliments dont les prix fluctuent davantage.

Les stratégies

Pour ne pas payer plus cher pour se nourrir, 53 % des répondants au sondage veulent faire des changements. Et les plus déterminés à modifier leurs habitudes de consommation sont les jeunes de moins de 35 ans.

Comment les Canadiens comptent-ils économiser?

  • Manger moins souvent au restaurant : 60 %
  • Consulter les circulaires et utiliser les coupons : 49 %
  • Magasiner dans d'autres supermarchés : 48 %
  • Acheter plus souvent en vrac : 41 %
  • Consommer moins de viande : 31 %

Source : sondage Angus Reid commandé par l'Université Dalhousie

Sylvain Charlebois souligne qu'il y a aussi des économies à réaliser au comptoir des produits congelés, dont les prix fluctuent moins que ceux des denrées périssables.

Les bonnes intentions

Dans la foulée des bonnes résolutions du Nouvel An, plus de la moitié des personnes interrogées comptaient réduire le gaspillage alimentaire. Il s'agissait de la résolution la plus populaire, partout au pays sauf en Saskatchewan.

On sent vraiment que la planète, l'environnement, est d'une importance capitale pour un plus grand nombre de Canadiens, constate Sylvain Charlebois.

Une femme s'apprêtant à cuisiner en suivant une recette sur sa tablette électronique.

Les consommateurs cuisinent de moins en moins.

Photo : Getty Images / yulkapopkova

Environ 45 % des Canadiens ont aussi l'intention de manger plus de fruits et de légumes et de cuisiner davantage.

Il reste à voir si les consommateurs achèteront plus de fruits et légumes, étant donné qu'ils coûteront plus cher.

Le chercheur est plus sceptique encore quant à l'intention des Canadiens de cuisiner davantage, alors que tout indique qu'ils le font de moins en moins.

Je pense que promettre de vouloir cuisiner le 1er janvier, c'est devenu le nouveau cesser de fumer, mais au bout de l'année, la résolution n'a pas tenu.

D'après les informations de Charlotte Mondoux-Fournier

Méthodologie :

1507 Canadiens ont été interrogés au début de décembre pour ce sondage.

La marge d'erreur est de 2,9 %, 19 fois sur 20.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alimentation et cuisine

Économie