•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les coupes à blanc seraient plus néfastes pour le climat que les combustibles fossiles

Des arbres, certains plus jeunes que d'autres, à flanc de montagne. En arrière-plan, des pics enneigés.

Les arbres replantés dans les secteurs coupés à blanc mettent 13 ans pour pouvoir capturer assez de carbone pour compenser la perte des arbres coupés.

Photo : Tina Lovgreen/CBC

Benoît Ferradini

Entre 2005 et 2017, un nombre total de 3,6 millions d'hectares de forêt ont été coupés à blanc, ce qui équivaut à une surface plus grande que l'île de Vancouver, selon un rapport du groupe environnemental Sierra Club. Ces zones sont ensuite considérées comme « mortes » pendant 13 ans.

Pendant ces 13 ans, la décomposition du bois et du sol produit plus de gaz à effet de serre que ce que peuvent capturer les arbres nouvellement plantés.

La coupe de bois en Colombie-Britannique relâche 42 millions de tonnes d'émissions de carbone dans l'atmosphère chaque année, conclut Le Sierra Club après avoir analysé les données du gouvernement provincial.

À cela doivent s'ajouter 26 millions de tonnes de carbone qui ne sont plus capturées par les arbres coupés.

Le total de 68 millions de tonnes est supérieur aux 65 millions de tonnes d'émissions produites chaque année par les combustibles fossiles dans la province.

On ne peut avoir un climat stable qu'en protégeant les forêts intactes et on ne peut avoir des forêts intactes qu'en stabilisant le climat, explique l'auteur du rapport, Jens Wieting, un analyste en forêt et en climat du Sierra Club. Les deux sont possibles si on réforme la foresterie et si on abandonne les techniques de coupe à blanc.

Alors que nous devons réduire de manière urgente toutes les formes de pollution au carbone [...] les coupes à blanc en Colombie-Britannique ne font qu'aggraver la situation.

Jens Wieting, analyste, forêt et climat, Sierra Club

Les émissions de carbone de l'industrie forestière ne sont pas comptabilisées par la province de la Colombie-Britannique.

Toutefois, Victoria a confirmé ses objectifs de réduction des émissions provinciales de 40 % d'ici 2030, par rapport au niveau de 2007 dans son plan Clean BC. Le plan ne mentionne pas l'industrie forestière.

Les forêts anciennes capturent plus de carbone

Le Sierra Club considère que l'industrie forestière doit faire plus d'efforts pour sauvegarder les forêts anciennes. Sur les 3,6 millions d'hectares de coupes à blanc étudiés par le groupe environnemental, 1,9 million d'hectares étaient composés d'arbres anciens. Selon le rapport, la forêt pluviale ancienne en Colombie-Britannique peut capturer 1000 tonnes de carbone par hectare, ce qui est un des taux les plus élevés au monde.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Changements climatiques