•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nouvelles victimes présumées de François Lamarre se manifestent

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La police de Longueuil a identifié 16 nouvelles victimes potentielles de François Lamarre, un ancien entraîneur de hockey mineur et policier de Montréal qui aurait commis diverses agressions sexuelles sur des garçons depuis une cinquantaine d’années.

François Lamarre à différentes époques.

François Lamarre au début des années 70, en 2008 et en 2010.

Photo : Service de police de l'agglomération de Longueuil

Depuis la médiatisation du dossier, 27 appels au total sont entrés […] sur la ligne confidentielle 450 463-7211. De ces 27 appels, les enquêteurs ont identifié 16 potentielles nouvelles victimes supplémentaires, qui devront être rencontrées au cours des prochaines semaines, a indiqué Patrick Barrière, porte-parole du Service de police de l'agglomération de Longueuil (SPAL).

Ces appels sont venus du Québec, mais aussi de la Colombie-Britannique, de l’Alberta, de l’Ontario et des États-Unis, a-t-il précisé.

Les nouvelles victimes présumées s’ajoutent aux quatre qui étaient déjà connues des enquêteurs, portant le total à 20. Mais les policiers pensent qu’il pourrait y en avoir encore plus.

Des accusations ont déjà été portées contre Lamarre dans quatre dossiers. De 1972 à 1997, il aurait commis divers crimes à caractère sexuel contre quatre garçons âgés de 9 à 16 ans. Il était âgé de 24 à 49 ans à l'époque.

Lamarre, qui a maintenant 71 ans, est accusé de grossière indécence, d'attentat à la pudeur, d'agression sexuelle, d'avoir touché une partie du corps d'une personne de moins de 14 ans à des fins sexuelles et d'avoir invité, engagé ou incité une personne de moins de 14 ans à le toucher à des fins sexuelles.

Les quatre premières victimes alléguées savaient qu'il était policier, selon le SPAL.

Après son arrestation le 4 décembre, François Lamarre a été remis en liberté avec plusieurs conditions à respecter en attente de son procès. Il devrait être de retour au palais de justice de Longueuil jeudi.

Nouvel appel à la population

Il y a deux semaines, le SPAL avait invité les autres éventuelles victimes à le contacter, un appel qui a de toute évidence porté ses fruits. Les policiers l’ont d’ailleurs réitéré lundi.

Le fait qu’il était en présence de jeunes comme entraîneur dans la communauté de Greenfield Park, à l’époque, sur plusieurs décennies, laissait déjà croire aux enquêteurs qu’après avoir déposé les quatre dossiers, il y aurait, avec l’appel à la population, d’autres témoins et victimes qui se manifesteraient, a souligné l'agent Barrière.

Vous comprendrez que, pour les victimes et témoins qui n’auraient pas encore contacté les enquêteurs, c’est important de le faire. On sait que ce n’est pas évident. Peu importe que vous soyez le premier, le dixième, le vingtième, tous ces appels-là sont importants.

Une citation de :Patrick Barrière, porte-parole du SPAL

Lamarre, qui a pris sa retraite de la police de Montréal en 1994, aurait agressé des mineurs dans des arénas, dans son véhicule ou encore à ses domiciles de Greenfield Park, aujourd’hui un arrondissement de Longueuil, où il a notamment habité les rues Springfield et Campbell. Surnommé « Frank », il changeait souvent de véhicule, mais les enquêteurs savent qu'il a déjà conduit des voitures Ford et Cadillac.

Wade Wilson, conseiller d'arrondissement de Greenfield Park à la Ville de Longueuil, a publié une déclaration pour indiquer qu'il figurait parmi les victimes de François Lamarre.

Avec les informations de La Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.