•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Monique Leyrac, une chanteuse « colossale », est décédée

Elle a notamment été la magnifique interprète des chansons de Félix Leclerc, de Gilles Vigneault et de Claude Léveillée dans les années 60.

La chanteuse fait un geste avec son bras lorsqu'elle reçoit le prix Denise-Pelletier.

Monique Leyrac a reçu le prix du Québec pour les arts de la scène, le prix Denise-Pelletier, en novembre 2013.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada

La grande chanteuse et comédienne Monique Leyrac est morte à 91 ans, dimanche, à l'hôpital de Cowansville. Elle a notamment été la magnifique interprète des chansons de Félix Leclerc, de Gilles Vigneault et de Claude Léveillée dans les années 60. Retour sur une carrière d’exception chaudement saluée.

Je considère que c'est peut-être la plus grande interprète que nous ayons eu au 20e siècle, a indiqué sans détour au Téléjournal l'auteur-compositeur François Dompierre, qui était son ami et biographe.

Elle a fait une carrière internationale dans le même sens que Céline Dion maintenant. Elle a chanté au Carnegie Hall, à l'Olympia de Paris et elle a fait l'Ed Sullivan Show, a-t-il ajouté.

François Dompierre a rencontré Monique Leyrac quelques jours avant son décès, à Cowansville. Je l'ai amenée en chaise roulante près du piano et on a chanté ses chansons. Ç'a été très émouvant. Elle était aphasique, mais dès qu'il y avait une musique, elle retrouvait ses moyens, a confié l'auteur-compositeur.

C'est assez extraordinaire et on était très émus, elle et moi. On a versé une petite larme ensemble.

François Dompierre, auteur-compositeur, ami et biographe de Monique Leyrac

Il a rappelé qu'il a travaillé avec elle à l'époque où il était directeur musical de Félix Leclerc. Monique est venue chanter sur trois des cinq albums que j'ai faits avec Félix, a-t-il dit.

Il a travaillé pendant près de 10 ans sur la biographie de la chanteuse et comédienne. Oui, ç'a été long parce que Monique est une personne extrêmement rigoureuse et qui voulait que les choses soient bien dites, a-t-il précisé.

C'était d'abord une comédienne et la chanson était pour elle un moyen de faire du théâtre autrement. C'est ça qui était extraordinaire. Et c'était à l'époque où les femmes étaient des épouses. Elle était aussi une épouse, mais elle est allée au-delà ce ça.

François Dompierre

En entrevue au National, sur ICI RDI, l'animatrice d'ICI Musique Monique Giroux soutient que son amie Monique Leyrac était la plus grande.

C’était une femme qui n’en faisait qu’à sa tête et elle avait bien raison, car il se passait de bien belles choses dans cette tête-là, a-t-elle témoigné.

L'animatrice a rappelé que Mme Leyrac défendait la chanson francophone, la chanson québécoise et qu'elle interprétait comme personne.

C’est une interprète colossale, colossale.

Monique Giroux, animatrice d'ICI Musique

Monique Giroux estime que Monique Leyrac laisse en héritage une grande liberté, beaucoup d'exigences et beaucoup de respect pour l'auditoire, pour le métier et pour les mots.

Son souci de ne jamais s'abaisser au plus bas dénominateur commun, mais au contraire de nous entraîner vers le meilleur parce qu’on le mérite et qu’on en est capable, a-t-elle indiqué.

L'auteur et dramaturge Michel Marc Bouchard, qui a vu Monique Leyrac jouer dans sa pièce Le voyage du couronnement dans les années 80, a réagi à son décès sur les réseaux sociaux.

Il a rappelé à quel point toute une génération a été marquée par son immense talent. Il a ajouté que cette grande femme avait transgressé les préjugés et les conventions de son époque, qu'elle était féministe sans l'être.

Sachez que je suis bouleversé, mon amie. J’imagine que Charles et Sophie le sont aussi. Tu as dû recevoir la lettre que je t’ai écrite la semaine dernière. Nous aurons raté le dernier rendez-vous. Tu as toujours refusé que je te tutoie, mais permets-moi, en ce jour de ton départ, de te dire je t’ai toujours aimée et de te dire au revoir avec mes larmes. Adieu, Monique. Merci pour ton estime et pour ce que tu as fait pour notre nation, a-t-il écrit.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
La chanteuse chantant devant un micro sur pied, dans un studio de Radio-Canada.

La grande chanteuse Monique Leyrac est décédée

Photo : Radio-Canada / André Lecoz

Une carrière internationale

Monique Leyrac, née Monique Tremblay, venait d'une famille modeste du quartier Rosemont à Montréal.

Elle a commencé à travailler dans une usine avant de faire ses débuts comme comédienne à la radio à l'âge de 15 ans, puis elle s'est dirigé vers la chanson. Elle se produira au cabaret Au Faisan Doré, là où l'on découvre une nouvelle génération d'artistes québécois francophones à Montréal.

Monique Leyrac jouera aussi au théâtre, à la télévision et un peu au cinéma.

À partir des années 60, elle a connu de grands succès en interprétant les chansons des Gilles Vigneault, de Félix Leclerc, de Claude Léveillée et d'Yvon Deschamps.

Monique Leyrac sera une des premières artistes québécoises à s'illustrer sur la scène internationale : en France, en Belgique et au Liban.

En 1965, elle a remporté le grand prix du Festival international de la chanson de Sopot en Pologne avec Mon pays, de Gilles Vigneault.

Elle tient un micro et chante.

Monique Leyrac en studio en 1973

Photo : Radio-Canada/Jean-Pierre Karsenty

Par la suite, la grande chanteuse et comédienne s’est associée avec un jeune parolier : Luc Plamondon.

Dans les années 80, elle a produit une série de spectacles solos où s'alliaient ses talents de chanteuse et de comédienne. Des spectacles notamment sur Émile Nelligan et la vie de Sarah Bernhardt.

Au cours de la même période, elle fera également un retour au petit écran comme comédienne dans la télésérie Des dames de coeur.

Dans les années 90, elle s'est retirée doucement dans ses terres en Estrie.

Monique Leyrac, une innovatrice passionnée, qui a sans cesse repoussé ses limites, avait reçu en 2013 le prix du Québec pour les arts de la scène, le prix Denise-Pelletier, qui couronnait toutes ces années au service de la chanson et des auteurs-compositeurs de chez nous.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !