•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toujours sans nouvelle du Beagle-2

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2003 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le robot demeure toujours muet depuis sa tentative d'atterrissage sur la planète rouge, jeudi dernier. Mais les scientifiques européens espèrent toujours...

Une septième tentative d'établir un contact avec le robot européen Beagle-2, censé s'être posé jeudi matin sur Mars, a échoué lundi matin. La sonde américaine Mars Odyssey, en orbite autour de la planète, a tenté en vain de capter le signal du robot explorateur.

Le radiotélescope britannique Lovell, près de Manchester, a également été mis à contribution plusieurs fois par l'Agence spatiale européenne (ESA) afin de capter la séquence de neuf notes de musique du groupe pop britannique Blur, émis chaque minute par le Beagle 2. Toutefois, Lovell ne sera plus d'aucune utilité à partir de lundi soir, Mars n'étant plus positionnée correctement par rapport à son balayage de quelque 76 mètres de diamètre.

L'ESA reconnaît que le robot pourrait s'être écrasé sur la planète rouge. Les responsables de la mission refusent cependant de jeter l'éponge avant que la dizaine de tentatives programmée au cours des prochains jours n'ait été essayée.

Les autorités spatiales européennes pensent maintenant que les meilleures chances d'entrer en contact avec le robot reposent sur Mars Express. La sonde, qui a transporté le Beagle-2 jusqu'à Mars, est en orbite autour de la planète depuis jeudi matin. Elle est actuellement à peaufiner son orbite et elle devrait commencer à survoler la zone présumée de l'atterrissage de Beagle 2 à partir de la semaine prochaine.

Rien n'est encore perdu

Les présentes explications du mutisme de Beagle-2 vont de simples problèmes de compatibilité de communications avec Mars Odyssey (les liaisons entre les deux engins n'avaient jamais été testées), à un accident au fond d'un cratère, en passant par une antenne mal déployée, mais dont le signal pourrait tout de même finir par être capté.

À la recherche de la vie sur Mars

Beagle-2 est équipé d'instruments lui permettant de recueillir des échantillons du sol de Mars, pour tenter de déterminer si un jour des formes de vie ont existé sur la planète.

La mission Mars Express a démarré le 2 juin au cosmodrome de Baïkonour, au Kazashstan, avec le décollage d'une fusée Soyouz-Frégat emportant la sonde européenne et son passager Beagle-2.

Durant sa mission, la sonde Mars Express prendra des images de la surface martienne et relaiera vers la Terre les données transmises par Beagle-2. Ce petit laboratoire robotisé a pour mission de chercher d'éventuelles traces de méthane dans l'atmosphère martienne.

La mission Mars Express, évaluée à 474 millions de dollars canadiens, doit durer au minimum une année martienne, soit deux années terrestres.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.