•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Manitobains célèbrent la journée mondiale de la langue arabe

Trois hommes et deux femmes portant le voile debout dans une salle; derrière eux, des personnes assises.

Environ 7000 Manitobains ont l’arabe comme langue maternelle, selon l’Association canadienne des Arabes.

Photo : Radio-Canada / Laïssa Pamou

Laïssa Pamou

Environ 200 personnes d’horizon divers étaient présentes à l’église Morrow Gospel à Winnipeg dimanche pour célébrer avec quelques jours d’avance la journée mondiale de la langue arabe.

L'événement organisé pour la deuxième année consécutive par l’Association Canadienne des Arabes au Manitoba a permis de partager l’histoire de la langue et la richesse culturelle des peuples qui la parlent, selon le porte-parole Youssef Mouzahem.

« La première année, les gens nous ont posé beaucoup de questions parce qu’ils ne connaissaient presque rien sur la langue arabe. Alors, on a proposé cette fois une programmation éducative et ludique », dit-il.

Huit jeunes garçons debout.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les groupes de danses folkloriques ont émerveillé les personnes présentes.

Photo : Radio-Canada / Laïssa Pamou

La langue arabe est parlée par environ 350 millions de personnes qui viennent pour la plupart au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, explique M. Mouzahem. Elle est l’une des six langues officielles de l’Organisation des Nations unies (ONU) et est mondialement célébrée le 18 décembre depuis 2012.

« Une programmation riche  »

Une femme debout près de tableaux d’art.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ola Almahdi est une artiste peintre mettant en valeur les lettres de la calligraphie arabe. Elle explique que la variété des styles calligraphiques arabe lui permet d’explorer différents univers et répandre sa culture.

Photo : Radio-Canada / Laïssa Pamou

Moyennant quelques dollars, il était également possible de se faire des tatouages de henné.

Une main de femme avec tatouage de henné.

Les tatouages de henné sont temporaires.

Photo : Radio-Canada / Laïssa Pamou

Dans les pays arabes, le henné était initialement utilisé pour embellir, refroidir ou déstresser le corps de la future mariée, explique une participante. Aujourd’hui, il est utilisé par tout le monde.

Ceux et celles qui sont plus portés par l’art culinaire, comme Mike Fast et son ami, ont pu découvrir et déguster une gamme de pâtisserie et nourriture traditionnelles.

Deux hommes qui tiennent des plats de nourriture dans la main.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

À droite, Mike Fast, et à gauche son ami.

Photo : Radio-Canada

« C’est très bon ce que je mange, dit M. Fast. Quand je venais, je voulais vraiment découvrir de nouvelles choses et je dois dire que je ne suis pas déçu. Je suis heureux de ce que j’ai dans mon assiette surtout touché par la générosité des personnes ici. »

Il souligne qu’il est important d’apprendre des autres cultures afin de construire une communauté viable à long terme et sans stéréotype.

Sept enfants à bas âges font du bricolage sur une table.

Les plus petits ont eu droit à divers de jeux et bricolage.

Photo : Radio-Canada / Laïssa Pamou

Une communauté en croissance

Le taux de participation de cette édition était supérieur à celui de l’année précédente, selon les organisateurs, qui soulignent que le nombre de personnes parlant l'arabe est en pleine croissance dans la province.

« Beaucoup d’Arabes sont arrivés au Manitoba pendant les deux dernières années », dit Rasha Kossad, membre du comité d’organisation de l’événement. « On estime à environ 7000 le nombre de personnes ayant l’arabe comme langue maternelle dans la province. »

Ces nouveaux Manitobains ont besoin des cadres communautaires comme ces célébrations pour partager leur culture et mieux s’intégrer, dit-elle.

Des persosonnes assises dans une salle.

Le taux de participation de cette édition était supérieur à celui de l’année précédente, selon les organisateurs.

Photo : Radio-Canada

Elle ajoute que l'Association Canadienne des Arabes au Manitoba continuera à travailler pour faire de la journée arabe un incontournable du calendrier culturel de la province. « Ceux qui n’ont pas pu être là cette année peuvent déjà mettre le prochain rendez-vous de 2020 dans leur agenda », conclut-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Culture