•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des infirmières francophones découragées de leur ordre professionnel

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Les mains d'une infirmière, avec des gants verts, qui tient de la gaze.

La grogne des infirmières contre leur ordre professionnel monte d’un cran.

Photo : Radio-Canada / Julie Tremblay

Radio-Canada

La grogne des infirmières contre leur ordre professionnel monte d’un cran. Elles déplorent le manque d’écoute de la part de l’Association des infirmières du Nouveau-Brunswick.

Voilà quatre ans que durent ces frustrations au sujet de la sortie de l’examen NCLEX, en 2015.

NCLEX.

Voilà quatre ans que durent ces frustrations au sujet de la sortie de l’examen NCLEX, en 2015.

Photo : Radio-Canada

Les infirmières estiment que l'Association des infirmières du Nouveau-Brunswick fait l'autruche face à leurs droits linguistiques.

« Disons qu'on trouve ça difficile comme membre de pas sentir qu'on a l'écoute de l'association », indique Lise Guérette Daigle, porte-parole au Regroupement des infirmières francophones.

Elle n’est pas la seule frustrée face à cette situation.

Lise Guérette-Daigle en entrevue à Radio-Canada.

Lise Guérette-Daigle, infirmière et porte-parole du Regroupement des infirmières francophones du Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

« Ça fait 30 ans au mois de mai que je suis membre de l'AINB, pis je suis fière de mon choix de profession, mais présentement je ne suis pas vraiment fière de mon association », s’indigne à son tour Suzanne Harrison, directrice de l’École réseau de sciences infirmières de l’Université de Moncton.

Six cents infirmières francophones ont signé une pétition depuis le mois d'août pour que l'association adopte l'examen canadien bilingue d'entrée dans la profession.

L'association n'a toujours pas rencontré les signataires.

L'Association en conférence de presse.

(Archives)

Photo : Radio-Canada

« Parce que quand tu penses qu’il y a 600 infirmières plus francophones qui ont signé une pétition pis y'a probablement 3000 infirmières, je n'ai pas fait le pourcentage. Une association devrait se demander qu'est-ce qui se passe », ajoute Lise Guérette Daigle.

Des voix s'élèvent dans les coulisses pour la création d’un ordre professionnel francophone des infirmières dans la province.

« D'autres organismes francophones disent que ce serait peut-être une solution, ce serait peut-être le temps d'y penser », dit Mme Guérette Daigle.

Plus tôt cette semaine, le ministre de l'Éducation postsecondaire, Trevor Holder, disait ignorer l'existence d'une situation défavorable pour les infirmières francophones.

« [...] je ne suis pas au courant de rien qui soit défavorable pour quiconque », a-t-il martelé en Chambre.

Le ministre Holder s'adresse aux journalistes.

Le ministre de l'Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail, Trevor Holder.

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Le ministre de la Santé a pour sa part indiqué que l’Association des infirmières est une entité autogérée.

« Si on avait une association professionnelle qui exerçait une discrimination fondée sur le sexe ou la race, je crois que le gouvernement agirait parce que c'est lui qui est constitutionnellement responsable de s'assurer que ces ordres agissent dans l'intérêt public et respecte les lois de la province », rapporte Michel Doucet, avocat constitutionnaliste.

Mais la marche sera longue avant la création d'un ordre professionnel francophone.Pour ce faire, les députés en Chambre devront adopter un projet de loi d'initiative privée pour transformer l'ordre professionnel en place.

En attendant, des infirmières étudient l'option d'une association pour défendre leurs droits linguistiques.

Avec les renseignements de Jean-Philippe Hughes

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !