•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les trottinettes électriques auraient séduit les Calgariens

Deux personnes circulent en trottinette dans un environnement urbain.

Mercredi, le conseil municipal de Calgary recevra un rapport portant sur les quatre premiers mois du projet pilote concernant les trottinettes électroniques.

Photo : Photo fournie par Lime

Radio-Canada

Alors que la Ville de Calgary remise pour l'hiver son projet pilote de trottinettes électriques, un rapport indique qu’en seulement quatre mois celui-ci a eu un impact important sur la circulation routière.

L’administration municipale s’apprête à présenter au conseil municipal les données collectées jusqu’ici sur le projet pilote mercredi.

Les bicyclettes électriques Lime sont arrivées à Calgary le 31 octobre 2018. Les trottinettes électriques Lime ont été déployées le 12 juillet dernier, et les trottinettes Bird ont suivi, le 26 juillet.

Au cours de la première année des bicyclettes électriques et des quatre mois pendant lesquels les Calgariens ont eu accès aux trottinettes, 206 000 clients ont fait 918 000 parcours, totalisant 1,6 million de kilomètres.

Là-dessus, 750 000 trajets ont été faits en trottinette, et 168 000, à bicyclette.

Moins de trajets en voiture

Selon un sondage de la Ville, une personne ayant utilisé une trottinette électrique sur quatre aurait utilisé une voiture pour se déplacer en l'absence de ce moyen de transport alternatif.

Cela représente l’équivalent de 250 000 trajets en voiture de moins, pour un total d’environ 470 000 kilomètres.

Selon les données de l’Agence américaine pour la protection de l’environnement, cela signifie que l'on a évité l'émission de 306 tonnes métriques de CO2.

C’est comme si 67 voitures avaient été retirées de la circulation pendant un an.

Le chef de la direction de Bird, Stewart Lyons, pense que la trottinette électrique permet de combler un manque dans le marché, créé par le départ de Car2Go l’automne dernier.

Je pense que c’est important en regard du trafic. Toutes les villes ont de la congestion routière et Calgary n'y fait pas exception, dit-il.

Si vous examinez la distance parcourue par la plupart des trajets en trottinette, il y a une fourchette de 2 à 5 kilomètres qui correspond à un grand nombre des trajets assez courts typiques des utilisateurs de Car2Go. Évidemment, les gens qui transportent des paquets en trottinette ne trouveront pas que ça les aide autant. Mais ces véhicules étaient petits, et dans la mesure où la plupart étaient occupés par une seule ou deux personnes, les trottinettes peuvent jouer un rôle en comblant le vide laissé par Car2Go, ajoute-t-il.

Le rapport de la Ville aborde aussi les bénéfices économiques du projet pilote. Plus de la moitié des trajets menaient à une zone d’amélioration commerciale ou à une zone de revitalisation commerciale, indique-t-il.

Des préoccupations des citoyens

Le projet pilote a aussi ses détracteurs. Entre les mois de juillet et d’octobre, le service 311 a reçu 281 plaintes à ce sujet.

Les plaintes les plus nombreuses portaient sur le fait que des utilisateurs avaient circulé sur les trottoirs, avaient manqué de courtoisie et n’avaient pas eu un comportement sécuritaire. D’autres concernaient la façon dont les trottinettes étaient stationnées.

La Ville a utilisé les revenus provenant des deux entreprises de trottinettes électriques pour financer une étude sur la sécurité de ce moyen de transport, en collaboration avec l’École de médecine Cummings de l’Université de Calgary. Ce serait une des premières études sur le sujet au pays.

Selon cette étude, 33 blessures liées aux trottinettes entre juillet et octobre ont nécessité l’intervention d’une ambulance. Pour chaque tranche de 100 000 trajets, une personne a été admise à l’hôpital.

Pendant la même période, 197 blessures liées à l’utilisation du vélo et 463 blessures liées à un véhicule motorisé ont nécessité l’intervention d’une ambulance.

Cependant, la Ville dit que ces chiffres ne sont pas pris en compte dans le taux de blessure par moyen de transport, parce qu’il y a considérablement plus de trajets en voiture que de trajets en trottinette électrique.

Stewart Lyons, qui s’est dit satisfait de constater que le taux de blessure n’était pas élevé, affirme qu'il espère le rendre encore plus bas.

Je pense que, quand nous reprendrons le programme, l’an prochain, nous serons mieux renseignés, nous aurons plus d’expérience, nous serons encore mieux placés, dit-il.

La Ville recommande des changements pour la deuxième moitié du projet pilote l’an prochain, comme la création des zones de basses vitesses, des stationnements désignés dans les endroits où la demande est forte ainsi qu’une meilleure réglementation municipale.

Avec des informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Affaires municipales