•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les impôts fonciers augmenteront de 2,1 % en 2020 à Edmonton

Les conseillers municipaux sont assis dans la salle du conseil, face à d'autres personnes.

Le conseil municipal a débattu pendant trois jours du budget de fonctionnement de 2020 et du budget d'investissement 2019-2022.

Photo : Radio-Canada / Nathan Gross

Radio-Canada

Les impôts fonciers augmenteront d’un peu moins de 2,1 % en 2020 à Edmonton, alors que l’augmentation approuvée par le conseil municipal pour 2019 avait été de 2,6 %.

À la suite des coupes provinciales annoncées en octobre, la Ville d’Edmonton estimait devoir augmenter les impôts fonciers de 4,3 % si elle ne faisait pas d’ajustements à ses prévisions budgétaires.

Le conseil municipal a fait plusieurs amendements au budget l’automne dernier, au moment où il faisait face à un manque à gagner possible de 26 millions de dollars dans son budget de fonctionnement, et de 185 millions dans son budget d’infrastructures, en lien avec les coupes provinciales prévues sur une période de trois ans.

Le maire Don Iveson qualifie le budget d’exercice de restriction budgétaire plutôt que de budget d’austérité.

Je suis fier de ce travail. C’est le plus grand revirement vers une réduction budgétaire que le conseil a fait au cours de 13 exercices financiers, a-t-il déclaré.

L’augmentation de 2,08 % des impôts fonciers financera le Service de police d’Edmonton (1 %), l’expansion du service de train léger (LRT) (0,8 %) ainsi que la croissance de l’infrastructure et des services (0,28 %).

Le conseil municipal a réduit le budget de fonctionnement de 1,6 million de dollars $ en éliminant les postes vacants, une mesure plus modeste que les 10 millions $ qui auraient pu être économisés s’il avait opté pour une stratégie plus musclée de gestion des ressources humaines : il aurait ainsi pu imposer des journées de congé sans paye, éliminer des augmentations de salaire et reclasser certains postes.

On aurait pu choisir de faire des licenciements, on aurait pu mettre plus de projets en suspens et perdre des occasions de stimuler la croissance, a déclaré le maire. Si nous reconnaissons que des restrictions budgétaires sont de mises en ce moment, nous ne sommes pas non plus en train d’apporter des ajustements qui sont un signal d’austérité.

Les conseillers Michael Walters et Mike Nickel, qui ont milité contre l’augmentation de la taxe, ont voté contre le budget.

Le conseiller Ben Henderson, qui participait à l’élaboration de son 12e budget municipal, a déclaré qu’il s’agissait d’une situation inhabituelle en raison des coupes provinciales. Nos revenus n’avaient jamais reçu un tel coup auparavant, a-t-il dit.

Les conseillers estiment que les changements montrent que la Ville doit restreindre ses dépenses tout en reconnaissant qu’elle est en croissance.

Vendredi après-midi, le conseil a accepté de suspendre le programme de rénovation des ruelles, ce qui représentera l’an prochain une économie de 6,7 millions de dollars.

Il a aussi mis de côté le centre récréatif Lewis Farms, un projet de 321 millions de dollars, pour alléger le fardeau de la dette de la Ville.

Avec des informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Politique municipale