•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un couple coupable du meurtre prémédité de Nadia Gonzales

La femme de 35 ans a été poignardée à plusieurs reprises en 2017.

Une femme en robe de soirée.

Nadia Gonzales avait 35 ans.

Photo : Courtoisie

Radio-Canada

Après un procès de six semaines devant la Cour suprême de la Nouvelle-Écosse à Halifax, un jury a reconnu samedi Calvin Sparks, 26 ans, et Samanda Ritch, 22 ans, coupables du meurtre au premier degré de Nadia Gonzales.

Le soir du 16 juin 2017, Nadia Gonzales a été poignardée de 30 à 40 fois dans le couloir d’un immeuble résidentiel de la promenade Hastings, à Dartmouth dans la région d’Halifax. Le corps de la femme de 35 ans, ancienne parajuriste et mère de deux enfants, avait plus tard été retrouvé à Dartmouth dans un sac d’équipement de sport.

Deux personnes attaquées

Une autre personne se trouvant avec Nadia Gonzales le soir du meurtre a été agressée au même endroit. John Patterson, alors âgé de 69 ans, a reçu six coups de couteau. Il a réussi à s’enfuir et s’est effondré sur la pelouse d’une école primaire, de l’autre côté de la rue.

Le jury a conclu que Calvin Sparks et Samanda Ritch étaient non coupables de l’accusation de tentative de meurtre à l’endroit de John Patterson. Sparks a été retenu coupable d’avoir causé des lésions corporelles à M. Patterson, mais Samanda Ritch a été acquittée de cette même accusation.

Au procès, le procureur de la Couronne, Robert Kennedy, a expliqué que Calvin Sparks avait convaincu son amie de coeur Samanda Ritch de tuer Nadia Gonzales. Le couple a été arrêté le matin du 17 juin 2017, à Halifax.

Une policière ayant agi comme agente double a témoigné durant le procès avoir été placée dans une cellule avec Samanda Ritch, le soir suivant son arrestation, et que celle-ci lui a raconté avoir, avec Sparks, prémédité le meurtre de Mme Gonzales.

John Patterson, qui a survécu à l’attaque, a de son côté affirmé devant la cour que Nadia Gonzales était connue pour vendre du crack. Sa crédibilité a toutefois été mise en doute par la défense, en raison de ses antécédents judiciaires et de sa consommation de drogues.

Le procureur Kennedy a aussi présenté aux jurés des messages textes échangés par Calvin Sparks et Nadia Gonzales, qui démontraient des rapports qui se détérioraient.

L’ADN de Sparks a été retrouvé sur une clôture et dans un buisson à proximité du lieu du drame. Un couteau portant l’ADN de Nadia Gonzales a aussi été retrouvé sur un chantier de construction des environs. L’ADN de Ritch a été recueilli sur les ongles de la victime.

Une condamnation pour meurtre au premier degré au Canada entraîne automatiquement une peine d’emprisonnement à perpétuité.

Avec les informations de CBC

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Nouvelle-Écosse

Homicide