•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Climat : la police arrête des manifestants à l'aéroport d'Amsterdam

Des policiers néerlandais traînent un activiste du climat qui porte un logo du groupe Extinction Rebellion.

Les gendarmes ont arrêté des manifestants rassemblés dans l'immense hall central de l'aéroport Schiphol d'Amsterdam, où 100 à 150 activistes du climat étaient réunis.

Photo : anp/afp via getty images / ROBIN UTRECHT

Agence France-Presse

La police aux frontières néerlandaise a arrêté samedi plusieurs activistes du climat à l'aéroport Schiphol d'Amsterdam, qui veulent faire pression sur cette plaque tournante du trafic aérien international pour qu'elle adopte un plan de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

D'après un porte-parole d'Amsterdam-Schiphol, Hans van Kastel, aucun vol n'a été perturbé.

Alors que s'achève la COP25 à Madrid, les policiers ont commencé à expulser des manifestants rassemblés dans l'immense hall central, très fréquenté, où 100 à 150 activistes du climat étaient réunis, brandissant des pancartes proclamant : Taxez l'avion, prenez le train ou Réduisez l'aviation, selon des images transmises en direct par des télévisions.

Une autre manifestation à l'appel de l'ONG Greenpeace, autorisée celle-là, se déroulait à l'extérieur sous l'œil de policiers, dont certains étaient à cheval, d'après des images diffusées par le journal télévisé AT5 d'Amsterdam.

Des policiers à cheval se tiennent devant quelques manifestants et policiers néerlandais.

À l'extérieur de l'aéroport Schiphol, une autre manifestation de l'ONG Greenpeace s'est déroulée sous l'œil de policiers dont certains étaient à cheval.

Photo : anp/afp via getty images / ROBIN UTRECHT

Schiphol est l'un des plus grands aéroports d'Europe et pourtant ils veulent encore l'agrandir. Ce n'est pas normal, protestait l'un des manifestants.

Schiphol doit définir un plan climatique, a déclaré un organisateur de Greenpeace, ajoutant que ses militants avaient l'intention de rester 24 heures sur place.

Un plan qui, selon l'ONG, passe par une réduction du nombre de vols, la suppression des liaisons de courte distance au profit du train ainsi que l'arrêt de la modernisation prévue d'un aéroport à Lelystad, à proximité, pour accueillir davantage de vols touristiques.

D'après M. Kastel, l'aéroport, qui a accueilli 71 millions de passagers l'an dernier, a déjà mis en place un tel plan. L'objectif est un aéroport sans émission de CO2 d'ici 2030 et une aviation sans émission d'ici 2050, a-t-il dit.

En 2018, le nombre de passagers a augmenté de 3,7 % par rapport à l'année précédente à Schiphol, qui dessert 326 destinations dans le monde.

Le mouvement écologiste Extinction Rebellion a déjà organisé plusieurs actions-chocs dans des aéroports européens, comme en octobre contre celui de London City, ou celui de Genève en novembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Environnement

International