•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une mère cherche à financer une chambre hyperbare pour son bébé

Boris est allongé dans un lit. Il regarde la caméra.

Âgé de 16 mois, Boris est atteint de microdélétion du chromosome 1.

Photo :  Facebook / Jennifer Smith

Alix-Anne Turcotti

Une mère de famille originaire de la Côte-Nord amasse de l’argent pour procurer une chambre hyperbare à son fils de 16 mois atteint de gros problèmes de santé.

Originaire de Colombier, Jennifer Smith, mère de trois enfants, a dû quitter la région pour se rapprocher des grands centres et des centres hospitaliers. Elle vit maintenant à Repentigny. Son petit dernier, Boris, constitue un cas très rare. Il est atteint d’une microdélétion du chromosome 1 : il lui manque 73 gènes.

Cette pathologie lui apporte plusieurs problèmes de santé, mais ce qui inquiète sa mère depuis quelque temps, c’est que son fils a développé une ataxie, c’est-à-dire un trouble de la coordination des mouvements qui serait d'origine neurologique.

Son physiatre, le docteur Pierre Marois, lui a recommandé un traitement en chambre hyperbare.

En faisant de la chambre hyperbare, ça aiderait à stopper cette ataxie. L’ataxie, ça a des conséquences sur l’équilibre, se tenir assis, debout.

Jennifer Smith, mère de famille

Les chambres hyperbares sont des caissons fermés qui permettent de faire respirer de l'oxygène à une pression et à des concentrations élevées. C’est un traitement qui favorise la guérison de certains problèmes de santé comme l'anémie, l'infection des os, l'embolie ou les brûlures. La thérapie consiste à envoyer une concentration élevée d'oxygène dans les parties du corps affectées. Pour y arriver, il faut un caisson capable de résister à une augmentation de la pression atmosphérique.

Jennifer Smith déclare que pour le cas de son fils, ce traitement n’est pas remboursé par la Régie d’assurance maladie du Québec. Elle espère ainsi récolter 28 000 $ afin de payer les traitements hyperbares, ainsi que de financer l’achat d’un harnais qui aiderait son fils à se déplacer dans le futur.

Jusqu’à présent, près de 6000 $ ont été amassés par le biais d'une collecte de fonds qui a été lancée sur Facebook.

En attendant, la mère de famille garde espoir que son bébé pourra grandir dans les meilleures conditions possibles malgré sa maladie rare.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Santé physique et mentale