•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Service d'anesthésie à l'hôpital de Rouyn-Noranda : retour à la normale l'été prochain

Caroline Roy écoute une personne hors-champ durant une séance du conseil d'administration.

La PDG du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue, Caroline Roy

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Émilie Parent Bouchard

Le Centre intégré de santé et services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue, le CISSS-AT, espère stabiliser la situation en anesthésie à l'hôpital de Rouyn-Noranda d'ici juin 2020.

Depuis cet été, le bloc opératoire fonctionne avec un seul anesthésiste, le seul autre titulaire d'un poste étant en congé maladie.

La présidente-directrice générale du CISSS-AT, Caroline Roy, fait valoir que des renforts sont sur le point d'arriver dans la région.

On a deux anesthésistes parrainés en anesthésie pour Rouyn-Noranda qui débutent des stages au Québec en janvier et février prochains, donc qu'on va probablement pouvoir accueillir à Rouyn-Noranda en mai et juin prochains, espère Caroline Roy.

Donc on se retrouverait à ce moment-là avec quatre postes comblés sur cinq en anesthésie pour Rouyn-Noranda. Évidemment, c'est pour le service à la population qui va graduellement reprendre jusqu'à aller à la normale dans ce secteur-là, ajoute la responsable.

Elle concède que les activités du bloc opératoire sont affectées par la situation.

À partir du moment où on a cinq postes normalement en anesthésie à Rouyn-Noranda, et qu'actuellement au travail on a un seul anesthésiste disponible, évidemment les activités sont affectées.

La présidente-directrice générale du CISSS-AT, Caroline Roy

Mais selon elle, tout est mis en oeuvre pour ne pas mettre la population à risque.

La population n'est pas à risque parce que tout est mis en place pour s'assurer de répondre aux besoins, toutes les chirurgies urgentes et semi-urgentes sont réalisées et quelques chirurgies électives, effectivement, les gens se sont vu offrir de pouvoir être opérés ailleurs pour éviter certains délais. Et finalement, c'est une réponse positive et une satisfaction des personnes qui sont opérées à La Sarre particulièrement, explique Caroline Roy.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Établissement de santé