•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grande distribution de cadeaux des pompiers de Sherbrooke

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Une poupée est placée devant des pompiers.

Les pompiers ont commencé à offrir des jouets neufs au début des années 2000.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les pompiers de Sherbrooke se sont transformés en pères Noël, samedi, afin de distribuer des cadeaux à 1000 enfants de la région de Sherbrooke.

Pour une 79e année consécutive, les pompiers et des bénévoles ont fait la distribution de jouets neufs aux 600 familles qui se sont inscrites. Les pompiers ont cogné aux portes vêtus de leur uniforme ou de leur habit de combat.

On laisse au père Noël le plaisir de garder son uniforme. Nous, on garde le nôtre [...] Ça amène aussi le petit côté protection, limite prévention, pour rappeler aux enfants qu’on est toujours là pour eux. Et surtout aux familles, pour que peu importe la situation, le service incendie de Sherbrooke est disponible 24 heures sur 24.

David Leblanc, directeur des opérations de la Campagne des jouets des pompiers de Sherbrooke

La première campagne de jouets s’est déroulée en 1940 à la suite d’un sinistre important survenu sur le territoire de Sherbrooke. Le pompier Lessard avait alors pris l’initiative de venir en aide aux citoyens sinistrés en leur offrant des vêtements, des jouets et de la nourriture. Le mouvement s’est ensuite poursuivi et a pris de l’ampleur au fil des années.

Le pompier retraité, Michel Lessard participe depuis les années 1960 à cette campagne. Il souligne que cette campagne a beaucoup évolué au fil des ans. À l'époque les pompiers recevaient tout au long de l'année des jouets usagés qu'ils remettaient en état avant de les offrir à de petits Sherbrookois dans le besoin.

Michel Lessard regarde la journaliste.

Michel Lessard participe à la Campagne de distribution de jouets depuis plus de 50 ans.

Photo : Radio-Canada

On faisait ça entre deux feux, on réparait des jouets, on a fait ça jusqu'en 2001. Lorsque j'ai pris ma retraite, les jeunes pompiers ont décidé de changer la formule et d'acheter des jouets neufs, raconte-t-il.

Par ailleurs, Michel Lessard rappelle qu'à travers les années, le sentiment de fierté qui l'envahit en voyant la joie des enfants qui reçoivent leur cadeau ne faiblit pas.

J'ai toujours des frissons quand j'arrive, les enfants sont contents de nous voir, on est comme le père Noël, mais en pompier.

Michel Lessard, pompier retraité et bénévole.

Financement amassé tout au long de l'année

Pour mettre des sourires sur autant de visages, les pompiers organisent de nombreuses activités au cours de l’année pour amasser des fonds.

On parle d’événements comme le Salon des vins et des spiritueux de l’Estrie. On a le relais du mont Bellevue. On a aussi un véhicule qui fait de la nourriture de rue, un food truck, le Fire 21 Smoking Grill...

On parle de 100 pompiers qui seront ici. Le service incendie englobe 150 pompiers, c’est les deux tiers. C’est l’événement qui rassemble le plus de pompiers, année après année. À cela aussi, on rajoute une centaine de bénévoles de plusieurs entreprises de la région. Sans eux, la distribution ne serait pas possible sous sa forme actuelle.

David Leblanc

David Leblanc soutient que la demande est constamment à la hausse pour cette activité. La liste contient généralement de 700 à 1000 enfants, mais lorsqu’on approche 1000 enfants, c’est une grosse année. Et c’est la deuxième année de suite qu’on a 1000 enfants.

Pour la première fois, les familles devaient obligatoirement s’inscrire en ligne à la campagne, ce qui aurait pu avoir un impact sur le nombre de demandes. Mais elles ont suivi, affirme David Leblanc.

Malheureusement, il y a de plus en plus de personnes qui ont besoin d’aide. Nous, sans être un organisme de première ligne comme Moisson Estrie ou Roch Guertin, au moins, on vient donner un peu de sourire à ces enfants-là.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !