•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sensibiliser les jeunes à l’endométriose dès l'école secondaire, une première au Canada

Une femme qui vient de subir une hystérectomie.

Certaines femmes qui souffrent d'endométriose choisissent de se faire retirer l'utérus.

Photo : getty images/istockphoto

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'École secondaire de New Westminster lance un nouveau programme, le premier du genre au Canada, pour sensibiliser les élèves aux premiers signes et symptômes qui sont propres à l'endométriose et aux menstruations irrégulières.

L'endométriose est une maladie gynécologique inflammatoire qui touche environ 10 % des femmes dans le monde. Elle se manifeste lorsque l'endomètre, la muqueuse qui tapisse l'intérieur de l'utérus, n'est pas complètement évacué par le vagin pendant les menstruations.

Des morceaux de ce tissu se retrouvent alors dans les trompes de Fallope ou dans le bassin, ce qui cause d'importantes douleurs. Cette maladie peut entraîner l’infertilité.

Catherine Allaire, directrice médicale du BC Women's Hospital Centre for Pelvic Pain and Endometriosis, veut que les élèves comprennent quand la douleur associée aux menstruations est anormale, dans l'espoir de détecter l'endométriose plus tôt.

Le programme sera enseigné aux garçons et aux filles de 12e année afin que tout le monde connaisse mieux le sujet.

La sensibilisation est importante, dit Maureen McRea-Stange, directrice de l’apprentissage et de l’innovation à la commission scolaire de New Westminster.

Et les hommes devraient être en mesure de bien soutenir leur partenaire si elle éprouve ce type de symptômes, ajoute Mme McRae-Stange.

Des années de souffrance

La Dre Allaire note également que les jeunes femmes qui souffrent de crampes menstruelles graves sont 23 fois plus susceptibles de manquer des cours au des activités.

Quand vous manquez beaucoup l'école et que vous prenez du retard, cela peut vraiment avoir un impact sur votre avenir, estime-t-elle. L'idée est d’offrir un traitement à ces jeunes filles plus tôt et leur éviter des années de souffrance sans option de traitement.

Ce cours s’inspire d’un programme d'éducation sur l'endométriose néo-zélandais, organisé par Endometriosis New Zealand. Les responsables de ce programme disent qu'ils observent des retombées positives.

Cela pousse les femmes à aller chercher de l'aide plus tôt, explique la Dre Allaire. Les adolescents sont aussi plus à l’aise de discuter des questions menstruelles et sont sensibilisés à l'endométriose.

Le programme prendra fin en mars, moment où la Dre Allaire verra s’il est efficace ou non.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !