•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une pisciculture de truite mouchetée à Shipshaw

Un poisson en pisciculture

Une truite mouchetée en pisciculture

Photo : Associated Press / Eric Engbretson/U.S. Fish and Wildlife Service

Radio-Canada

Un promoteur de Saguenay veut produire de la truite mouchetée pour ensemencer les zecs et les pourvoiries du Québec à partir de Shipshaw.

Le projet de 775 000 $ sera bientôt soumis au ministère de l'Environnement pour un démarrage dans un an.

Marc Desgagné rêve d’une pisciculture à Shipshaw depuis une trentaine d'années.

Ce qu'on vise, c'est vraiment les zecs, les pourvoiries et les étangs de pêches. Par exemple, on pourrait devenir éventuellement un fournisseur pour ce qui se fait dans la rivière aux Sables annuellement, explique le promoteur.

Le site permet aussi d'alimenter les bassins par gravité, ce qui permet d'éviter les coûts de pompage. Il sera aussi possible d'utiliser les matériaux sur place.

On ne se fera pas une Mercedes pour livrer de la pizza. On y va avec des coûts moindres. C'est sûr que si on faisait le même projet tout construit en béton, on arriverait à 2 millions de dollars d'investissement.

Marc Desgagné, pisciculteur

Le démarrage d’une première phase est prévu au printemps, après l’obtention des autorisations des ministères de l’Environnement et de l'Agriculture.

À court terme, le promoteur écarte l'idée de fournir des marchés d'alimentation et des restaurants.

Ça ne sert à rien de compétitionner avec des gens qui n'ont pas de normes environnementales comme le Pérou et d'autres pays qui nous font presque du dumping de poisson. C'est pour ça qu'on a visé le marché de l'ensemencement, enchaîne Marc Desgagné.

La demande est forte puisque plusieurs piscicultures ont fermé leurs portes récemment. Les pourvoyeurs demandent maintenant des truites de plus de 30 centimètres, ce qui nécessite plus de deux ans d'élevage.

Si tout va bien, la pisciculture de Shipshaw recevra ses premiers oeufs de truite à l'automne 2020 et livrera ses premiers poissons 18 mois plus tard.

D'après le reportage de Gilles Munger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Protection des espèces