•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment voyager dans le temps des Fêtes

L’aéroport international de Québec.

L’aéroport international de Québec

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Radio-Canada

Pour plusieurs, le temps des Fêtes rime avec voyage et ce n’est pas toujours de tout repos. L'Administration canadienne de la sûreté du transport aérien (ACSTA) offre quelques conseils pour éviter les ennuis durant cette période de pic saisonnier et pour s'assurer que les cadeaux suivent.

Le temps des Fêtes, c’est une grosse saison, c’est le début des voyages dans le Sud et c’est aussi le temps où les gens retournent à la maison et vont visiter leur famille, relate Laurianne Lapierre, porte-parole de L’aéroport de Québec.

En décembre 2018, 150 000 passagers sont passés par l’aéroport. Les équipes Expérience passager sont parfois renforcées pour faire face au plus fort achalandage, indique la porte-parole.

Le temps des Fêtes, c’est aussi le temps des cadeaux. L’ACSTA demande ainsi aux voyageurs d’éviter d’emballer leurs présents avant les points de contrôle et d’arriver le plus préparé possible.

Il faut aussi être capable de démarrer les appareils électroniques, si vous êtes sélectionné pour une fouille aléatoire plus complète, donc par exemple, si vous avez une tablette neuve que vous souhaitez offrir, il faut qu’elle soit chargée et facilement accessible, souligne Christine Langlois, la porte-parole de l’ACSTA.

Elle invite aussi les passagers à porter une attention particulière à la nature des objets apportés. Ce qu'on voit le plus souvent, ce sont des liquides et aérosols en trop grande quantité, dans des contenants de plus de 100 ml, affirme Christine Langlois, rappelant que le maquillage et certains types de nourritures peuvent entrer dans cette catégorie.

Des produits non autorisés dans les bagages à main.

Des objets et produits non autorisés dans les bagages à main

Photo : Radio-Canada / ELVIS NOUEMSI NJIKE

Les poudres inorganiques, comme le sable, le sel et les sels de bain font aussi l’objet de certaines restrictions. Les sels de bain sont très relaxants si vous voulez en offrir en cadeau, mais si vous en avez davantage que la taille d’une canne de soda, ça devient beaucoup plus relaxant de les mettre dans ses bagages enregistrés, précise la porte-parole.

Selon ce qu'elle observe, les couteaux ont la cote auprès des Québécois. Ceux qui souhaitent en offrir ou en apporter peuvent dans certains cas les garder dans leurs bagages à main.

Sauf si on va aux États-Unis, on a le droit quand on voyage au Canada ou à l’international d’avoir de petits couteaux ayant une lame de 6 cm ou moins avec soi en cabine, explique Christine Langlois. Si la lame est plus grande, ils peuvent être mis dans le bagage en soute.

Voyager avec son cannabis

C’est possible de voyager au Canada avec du cannabis, mais les limites légales doivent être respectées, indique la porte-parole de l’ACSTA.

Dans les vols intérieurs, il est donc permis de prendre l’avion avec jusqu’à 30 g de cannabis récréatif. Pour le cannabis médicinal, les passagers peuvent en apporter 150 g à condition d’avoir la documentation requise.

Le cannabis peut être transporté tant dans les bagages de cabine que dans les bagages enregistrés et aucune règle n’est prévue pour son emballage.

Un bac gris avec l'inscription : cannabis, disposition seulement.

Ce bac se trouve au point de contrôle de sécurité de l'aéroport international d'Ottawa, de sorte que les personnes sur le point d'embarquer à bord d'un vol américain peuvent y déposer du cannabis.

Photo : jpan08/Reddit

Ça demeure interdit de traverser des frontières internationales avec du cannabis, même s'il est médical, que vous entriez au Canada ou que vous en sortiez, insiste Christine Langlois.

Le cannabis ne semble pas avoir beaucoup complexifié le quotidien et le travail des employés de l’aéroport de Québec. L’impact de la légalisation est plus ou moins important, on a de l’affichage, on accompagne les passagers avec ça et on répond à leurs questions au besoin, indique Laurianne Lapierre.

Nouveaux droits pour les voyageurs

À partir du 15 décembre, de nouvelles règles de la Charte des voyageurs entrent en vigueur pour tous les vols en provenance ou à destination du Canada.

À partir de cette date, les compagnies aériennes devront verser des indemnisations à leurs clients en cas de retard ou d’annulation. Pour les grands transporteurs, ces indemnisations vont de 400 à 1000 $ et pour les plus petits, c’est de 125 à 500 $.

De nombreux Canadiens ignorent encore ces nouvelles réglementations. C’est très important d’informer les voyageurs, parce que ce sont des droits qu’ils ont et les compagnies aériennes sont tenues de les informer, admet Laurianne Lapierre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Voyage