•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grogne chez les actionnaires des Olympiques de Gatineau

Au cœur d’une séquence de dix défaites, les Olympiques de Gatineau ne font pas face qu’à des problèmes sur la glace

Alain Sear lors d'une conférence de presse.

Le directeur des opérations hockey des Olympiques de Gatineau, Alain Sear.

Photo : Radio-Canada

Kim Vallière
Nicolas Haddad

Au cœur d’une séquence de dix défaites, les Olympiques de Gatineau ne font pas face qu’à des problèmes sur la glace. Les relations entre les actionnaires du club de hockey junior sont tendues.

Selon le journal Le Droit, le pouvoir d’Alain Sear, directeur des opérations hockey et actionnaire des Olympiques, est contesté.

Radio-Canada a été en mesure de confirmer plusieurs informations auprès d’un des dix propriétaires de l’équipe de la Ligue de hockey junior du Québec (LHJMQ), jeudi soir.

Selon notre source, la moitié des actionnaires veulent déloger Alain Sear, alors que les autres lui montrent encore leur appui. Les contestataires en ont assez de la médiocrité des performances de l’organisation et demandent un changement.

Les Olympiques occupent l’avant-dernier rang du classement général de la LHJMQ et n’ont remporté que sept victoires, contre 21 défaites, depuis le début de la saison.

Des photos des estrades vides au match de match de mercredi se sont propagées sur les médias sociaux, même si une foule de 1361 partisans a été annoncée.

Un coach de hockey parle au journaliste

L'ancien joueur de LNH gatinois Éric Landry est entraîneur-chef des Olympiques depuis 2017.

Photo : Radio-Canada

C’est certain que les joueurs remarquent ça et qu’il leur manque le soutien qu’ils devraient avoir, a lancé Éric Landry, l’entraîneur-chef de la formation, avant de quitter pour le duel des Olympiques contre l’Armada de Blainville-Boisbriand vendredi.

Sear n’a pas pu être rejoint vendredi, tandis que le président de l’équipe Martin Lacasse, aussi un actionnaire, s’est contenté de publier une déclaration écrite, en réaction aux informations publiées dans les médias locaux.

Les actionnaires des Olympiques de Gatineau ont décidé de devancer leur rencontre prévue le 18 décembre au lundi 16 décembre. L’organisation fera part de sa position à l’issue de cette rencontre, a-t-il écrit.

Selon nos informations, les détracteurs d’Alain Sear évaluent aussi les options qui s’offrent à eux pour la vente de l’équipe.

La LHJMQ impliquée

La LHJMQ suit le dossier des Olympiques de près. Les bancs vides du Centre Robert-Guertin préoccupent les dirigeants sur circuit, tout comme la dynamique au sein du groupe de propriétaires.

Ces dix personnes-là ont besoin d’avoir une bonne conversation, une conversation dans le blanc des yeux.

Maxime Blouin, directeur des communications, LHJMQ

Je veux rassurer les partisans des Olympiques et les gens de l’Outaouais qui pensent que la Ligue ne fait rien en ce moment, a affirmé sans hésitation Maxime Blouin, le directeur des communications de la LHJMQ. On ne préconise pas un règlement sur la place publique, on est en train de gérer la situation en coulisse.

Ce dernier mentionne que la Ligue ne souhaite pas s’ingérer dans les affaires de ses équipes, à moins de problèmes majeurs, comme des enjeux financiers importants.

Maxime Blouin donne en exemple les Saguenéens de Chicoutimi ou les Wildcats de Moncton, qui connaissaient des années difficiles, à l’image des Olympiques, mais qui ont réussi à redresser la situation, notamment grâce à de nouveaux groupes de propriétaires.

On entend les rumeurs comme vous [sur de possibles acheteurs pour les Olympiques]. Pour le moment, il y a dix propriétaires et on va travailler avec eux, mentionne-t-il, en précisant que l’entrée dans le nouveau Guertin pourrait permettre de relancer une des franchises les plus glorieuses de la ligue.

Le présent n’est pas à la hauteur du passé

Le bâtisseur des Olympiques de Hull, Charles Henry, se dit déçu de l’état du club. Selon lui, la direction actuelle ne place plus les partisans de l’équipe au centre de leurs décisions.

Ça me fait mal au cœur.

Charles Henry, ancien gouverneur des Olympiques de Gatineau

L’architecte des sept championnats de la coupe du Président des Olympiques parle d’une absence de travail d'équipe, notamment au sein des propriétaires. Il estime que certains actionnaires prennent de mauvaises décisions qui nuisent au club, alors qu’ils manquent de savoir-faire au niveau de la pratique du sport.

Le directeur qui est en charge de l'équipe doit connaître son hockey, doit savoir tout de l'équipe, et doit être près des partisans, dit-il.

Ses espoirs pour l’avenir du club se fondent sur le nouvel aréna des Olympiques et sur une équipe qui jouera mieux que la formation actuelle.

Le futur complexe de quatre glaces dans le secteur de Gatineau devrait être prêt pour novembre 2020. Reste à voir si ce sera assez pour redonner espoir aux partisans.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Hockey junior