•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Protégez vos poulaillers des ours disent les autorités du Yukon

Un ours grizzly regarde la caméra.

La population d'ours grizzly est estimée entre se situer entre 6000 et 7000 individus, mais les biologistes affirment que cette espèce est particulièrement difficile à étudier.

Photo : Gouvernment du Yukon

Radio-Canada

Le nombre de conflits entre humains et ours a été moins grand en 2019 que dans les années précédentes, mais les agents de conservation de la faune continuent de voir trop d’arrière-cours mal protégées des ours.

En tout, 163 conflits ont été répertoriés cette année comparativement à 267 l’an dernier. De ce nombre, 33 ours ont été abattus par les agents de conservation de la faune ou en cas de légitime défense. En 2018, 54 ours avaient été tués.

Les ours sont des animaux sauvages qui utilisent leur museau pour se guider vers des sources de nourriture et ils continueront de s’approvisionner à ces sources même si elles ne sont pas naturelles.

Dave Bakica, agent de conservation de la faune du Yukon

Les agents de conservation de la faune affirment qu’un printemps et un été chauds ont permis une bonne production de baies et de plantes fourragères, ce que préfèrent les ours, les incitant moins à rechercher des sources de nourriture humaine.

L‘agent de conservation de la faune Dave Bakica affirme toutefois qu’avec l’expansion urbaine, encore trop de Yukonnais négligent de protéger leurs arrière-cours, particulièrement leurs poulaillers. Ceux-ci devraient en effet être entourés de clôture électrique avant d'y introduire les poules.

Des poules dans un poulailler.

De plus de Yukonnais élèvent des poules pondeuses ou des poulets de chair. Les agents de conservation de la faune demandent que les poulaillers soient protégés par une clôture électrique pour réduire les risques de visites par des ours.

Photo : Radio-Canada

« Les agents de conservation de la faune ont la possibilité d’émettre des ordonnances de protection de la faune sauvage dangereuse en vertu de la loi sur la Faune et nous envisageons d'utiliser cette clause davantage à l'avenir », ajoute Dave Bakica.

Les ordonnances viseront les propriétaires aux prises avec des visites d'ours à répétition. Ces ordonnances indiquent aux propriétaires les modifications nécessaires pour mieux protéger leur propriété.

Une clôture avec des panneaux d'avertissement.

Des clôtures électriques semblables à celle-ci sont recommandées pour les éleveurs d'animaux.

Photo : Scott Gilbert/Yukon College

Vaporisateurs de gaz poivré toute l’année

Les autorités veulent aussi que les Yukonnais soient plus vigilants au cours de l'hiver et encouragent les randonneurs à porter un vaporisateur de gaz poivré toute l’année durant.

Les ours peuvent être aperçus à n'importe quel moment de l'année et nous recevons régulièrement des signalements de rencontres avec des ours à ce temps-ci de l’année. Nous voulons rappeler aux Yukonnais d’être préparés.

Jim Welsh, agent d'éducation, ministère de l'Environnement du Yukon
Un homme en uniforme à l'extérieur vaporise une bombonne dans les airs.

L'agent de conservation de la faune en chef, Gordon Hitchcock, montre comment utiliser un vaporisateur de gaz poivré.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand-Nord

Nature et animaux