•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vingt-huit ans de prison pour l’auteur de l’attaque au camion-bélier d’Edmonton

Photo d'Abdulahi Sharif vu de près. Il y a du sang sur sa joue et ce qui semble être une large ecchymose sur son front.

Abdulahi Sharif, photographié après son arrestation, a été reconnu coupable de 11 chefs d'accusation après avoir perpétré une attaque au camion-bélier et poignardé un policier dans le centre-ville d'Edmonton.

Photo : Service de police d'Edmonton / élément de preuve

Radio-Canada
Mis à jour le 

Abdulahi Sharif a été condamné à 28 ans de prison en tout pour avoir tenté de tuer un policier et volontairement happé quatre piétons avec un fourgon au centre-ville d'Edmonton en 2017. La Couronne demandait la prison à vie.

Abdulahi Sharif est resté impassible et silencieux jusqu’à la toute fin de son procès. Il n’a pas bronché lorsque le juge Paul Belzil a annoncé les peines l'une après l’autre, vendredi, au palais de justice d’Edmonton.

L’accusé a été condamné à 18 ans de prison pour la tentative de meurtre du policier Mike Chernyk, puis à 10 ans de prison pour chacun des quatre piétons qu’il a percutés. Les quatre peines de 10 ans seront purgées de façon concurrente, mais après celle pour la tentative de meurtre du policier.

Comme Abdulahi Sharif est derrière les barreaux depuis 2017, il lui reste encore 24 ans à passer en prison.

« Aucune peine ne peut réparer les dommages terribles qui ont été causés, mais j’espère que la conclusion de ce cas procurera une certaine paix d’esprit à ceux qui ont été touchés », a dit le juge devant une salle pleine à craquer au palais de justice d’Edmonton.

Certaines des victimes d’Abdulahi Sharif se trouvaient parmi la foule.

L'homme a été reconnu coupable de cinq tentatives de meurtre, de cinq chefs d’accusation liés à la conduite dangereuse et d'un chef de voies de fait graves.

Le juge Belzil estime que « c’est un miracle » que Mike Chernyk, le policier attaqué au couteau, ait survécu. Il souligne qu’il n’y a aucune preuve que l’accusé éprouve des regrets par rapport à ses gestes.

La Couronne demandait la prison à perpétuité pour la tentative de meurtre du policier, à purger en même temps qu'une peine de 20 ans pour celles des piétons. Elle s’est néanmoins dite satisfaite de la décision du juge.

Elle a insisté sur la façon dont le geste de M. Sharif a bouleversé la vie des victimes, appelant plusieurs d’entre elles à la barre.

Kim O’Hara, qui a passé 42 jours à l’hôpital après avoir été percutée par le fourgon, souffre aujourd’hui de problèmes de mémoire et d’élocution, ainsi que de douleurs persistantes au genou et à la hanche.

« Je vais souffrir pour le reste de ma vie, et rien ne pourra changer cela », a-t-elle dit à la Cour.

Son amie Jordan Stewardson, qui a aussi été percutée par le véhicule, a parlé du syndrome du choc post-traumatique dont elle souffre depuis l’accident.

« Je suis vraiment devenue une étrangère pour moi-même, une personne que je ne comprends pas », a-t-elle dit.

Selon la Couronne, les dommages infligés par l’agresseur ne s’arrêtent cependant pas aux blessés.

« La position de la Couronne est que ce type d’événement, cette perte d’un sentiment de sécurité, s’étend à la communauté au sens large », a plaidé la procureure Elizabeth Wheaton.

Le policier Mike Chernyk a choisi de ne pas témoigner lors les audiences sur la peine. Le chef du Service de police d’Edmonton, Dale McFee, a cependant comparu et décrit une journée éprouvante qui a bouleversé tous les policiers sur place.

« Je sens que nous avons été entendus », a-t-il dit, après l’annonce de la peine, vendredi.

Je pense que c’est une décision dissuasive [ pour ceux qui voudraient imiter l’accusé]. Ce ne sont pas des choses qu’on peut accepter dans notre ville et notre pays

Dale McFee, chef du Service de police d’Edmonton.

La GRC croit toujours à une attaque terroriste

Après le jugement, une enquêtrice de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a confirmé aux médias qu’un drapeau de l’entité État islamique a bel et bien été retrouvé dans le véhicule que conduisait Abdulahi Sharif le soir de l’attaque.

Elle a également révélé que la GRC considérait toujours les actions de M.Sharif comme une attaque à caractère terroriste, même si aucune accusation de terrorisme n’a été portée.

« Les équipes intégrées de la sécurité nationale de la GRC ont enquêté cette affaire en la considérant comme une attaque terroriste », a clarifié la surintendante de la GRC Stacy Talbot.

Cependant, étant donné les preuves à leur disposition, elle explique que les forces policières et la Couronne ont déterminé qu’il serait plus approprié de déposer des accusations de tentative de meurtre

Abdulahi Sharif, qui avait choisi de se représenter lui-même durant son procès, n’a présenté aucun témoin ni aucune preuve pour sa défense. Il n’a contesté aucun des arguments de la Couronne et n’a jamais expliqué son geste.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Procès et poursuites