•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une adolescente satisfaite de l'accessibilité à l’Université de Saint-Boniface

Jerzee Wasylnuk sur son fauteuil roulant entourée de son père et de Jocelyne Gagnon à l'entrée de la cafétéria de l'Université de Saint-Boniface.

Jocelyne Gagnon a fait visiter l'Université de Saint-Boniface à Jerzee Wasylnuk et à son père.

Photo : Radio-Canada / Trevor Lyons

Mohamed-Amin Kehel

Jerzee Wasylnuk, une adolescente de 14 ans handicapée, a été agréablement surprise de sa visite de l’Université de Saint-Boniface (USB), alors que plusieurs personnes lui avaient dit que le bâtiment n’était pas adapté aux fauteuils roulants.

L’air un peu timide, mais assuré, les mains nerveuses, Jerzee Wasylnuk dévale les couloirs de l’USB aux côtés de ses parents. À 14 ans, elle planifie déjà ses études supérieures. Elle va actuellement dans une école d’immersion et son rêve est de continuer son instruction en français après avoir terminé ses études au Collège Pierre-Elliott-Trudeau.

Mais, pour elle qui est en fauteuil roulant à cause d’une paralysie cérébrale, l’accessibilité de ses futurs locaux est une chose primordiale.

Alors Jerzee Wasylnuk teste les rampes, les boutons d’ouverture de portes, les machines à café et la hauteur des tables à la cafétéria. Elle cherche à vérifier qu’elle pourra tout faire en totale autonomie.

Si toutes les adaptations pour une personne en fauteuil roulant sont présentes, alors oui, c’est très possible que je puisse intégrer l’Université de Saint-Boniface.

Jerzee Wasylnuk, adolescente handicapée

Derrière elle, sa mère, Jaquie Wasylnuk, est attentive au moindre détail également. Sourire aux lèvres, elle souligne quelques détails à améliorer, mais affirme que la visite s’est dans l'ensemble mieux passée que ce [qu’elle pensait] . Elle ajoute même que l’USB est plus accessible que l'école secondaire de sa fille. Mme Wasylnuk confirme que Jerzee veut vraiment faire tout ce dont elle a envie et sans barrières et que, donc, chaque étape d’accessibilité est importante.

Loi sur l’accessibilité

Si l'adolescente et sa mère sont agréablement surprises par leur visite, c’est parce qu’elles ont entendu des commentaires négatifs sur l’adaptation de l’USB aux personnes handicapées.

Chaque fois que l’on évoquait le fait qu’elle veuille venir ici, la plupart des gens nous répondaient que ce n’était pas accessible et que l’on devrait envisager d’autres options. Mais nous le voyons bien maintenant que c’est plutôt accessible.

Jaquie Wasylnuk, mère de Jerzee Wasylnuk

Selon Statistique Canada, un Manitobain sur six présente un handicap. Depuis 2013, une loi oblige le gouvernement et les organismes du secteur public à élaborer des plans d’accessibilité tous les deux ans à partir de 2016.

L’USB est donc soumis à cette loi, mais selon la coordinatrice du service d’accessibilité aux études, Jocelyne Gagnon, l’établissement a fait des aménagements bien avant la loi.

Des mauvais commentaires injustifiés, selon l’USB

Jocelyne Gagnon se dit ainsi surprise des rumeurs sur le manque d’accessibilité de l’USB. Elle estime que son service, créé il y a 11 ans, s’est beaucoup investi ces dernières années pour permettre une inclusion maximale des étudiants handicapés.

Elle mentionne les différentes mesures prises, des boutons d’ouverture de portes aux tables ajustables en passant par des logiciels inclusifs.

Il y a toujours du progrès possible, mais beaucoup de choses ont été faites déjà.

Jocelyne Gagnon, coordinatrice du service d’accessibilité aux études

Et, même si certains endroits du bâtiment restent inaccessibles aux personnes en fauteuil roulant, Jocelyne Gagnon tente toujours de s’adapter en déplaçant la classe dans une autre salle si besoin.

Elle conseille ainsi aux futurs étudiants handicapés de prévenir l’Université pour qu’elle puisse faire les adaptations nécessaires avant la rentrée.

À l’heure actuelle, une étudiante en fauteuil roulant suit ses cours en communication et multimédia, et un autre étudiant dans la même situation a obtenu son diplôme au mois de juin. Jerzee Wasylnuk espère ainsi suivre leur chemin.

Avec les informations de Sophie Pelletier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Éducation